Présidence du Faso: où sont passées les gratifications des gendarmes?

Spot SERRO
Posted on by B_Demain

Depuis l’ère Compaoré, les fonctionnaires en exercice à la présidence du Faso perçoivent des gratifications, communément appelées « Papa merci ». Les hommes en uniforme n’étaient pas en reste, en l’occurrence les éléments de l’ex- Régiment de sécurité présidentielle (RSP) et les gendarmes affectés au service du président du Faso.
gendarmes_burkina_faso

Problème, une source concordante et digne de foi révèle qu’avec la dissolution du RSP, les pandores de l’Escadron de sécurité d’intervention (ESI) et de l’Escadron d’escorte et d’honneur (ESH) n’ont plus jamais perçu le moindre centime. Alors que les jeunes soldats « touchaient » chacun 105 000 francs CFA, les officiers empochaient certainement plus, en fonction de leurs grades.

Cela fait aujourd’hui six mois que cela dure et ils ne comprennent rien non plus. Leur inquiétude est fondée, d’autant plus qu’il se rapporte que les autres fonctionnaires ont dûment perçu leurs gratifications, deux fois de suite.

A la question de savoir ce qu’il en est, ils se perdent en conjecture. Tantôt, on leur apprend qu’il y aurait un problème de listes, tantôt que leur dossier se trouve au niveau du Trésor public. Le fait est que les « pauvres soldats » comptaient beaucoup sur ces gratifications pour préparer les fêtes de fin d’année. Et dire qu’ils ont même espéré qu’ils bénéficieraient d’un rappel, vu qu’ils n’avaient rien reçu à la fin du trimestre précédent, en septembre dernier.

Les questions abondent. Qui est à l’origine de cette situation? Est-ce à la Présidence du Faso que se terre(nt )le ou les intéressés? Est-ce au niveau de la direction générale du Trésor public ou encore au niveau de la hiérarchie de la gendarmerie nationale?

Quoi qu’il en soit, les éléments de l’Escadron de sécurité d’intervention et de l’Escadron d’escorte et d’honneur veulent être désintéressés dans les plus brefs délais et cela avant les fêtes de fin d’année. Pour ce faire, ils en appellent à la diligence du Président du Faso, Michel Kafando.

Anderson Koné

Leave A Response

*