Le Haut conseil pour la réconciliation nationale installé

Spot SERRO
Posted on by B_Demain

Le Haut conseil pour la réconciliation nationale (HCRN) a procédé ce 15 janvier 2016 à la mise en place de son Comité exécutif. Il est présidé par le professeur de droit, Benoit Kambou et il est composé de 21 membres.
haut conseil

Avec un mandat de cinq ans, le Haut conseil pour la réconciliation nationale (HCRN) sera chargé d’assurer le traitement des 5 065 dossiers enregistrés et en cours d’enregistrement. De même qu’il sera chargé de rechercher et de situer les responsabilités de crimes et toutes autres violations graves des droits humains à caractères politiques non encore élucidées de 1960 à 2015, et de proposer des solutions, en vue de soulager les traumatismes subis par les victimes ou ayants droits.
Aucun justiciable ne pourra se prévaloir de son titre, ses privilèges et son immunité ou tout autre motif pour se soustraire de la compétence du HCRN.

Il peut faire appel à toute personne physique ou morale et le refus de comparution constitue une infraction punissable d’une peine d’emprisonnement de trois à six mois ou d’une amande de 300 000 F CFA à 3 millions de F CFA.

Présent à la cérémonie d’installation du HCRN, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a fait savoir que le Burkina ne peut pas continuer à traîner des boulets, c’est pourquoi, il doit voir comment réconcilier ses fils avec leur histoire.
Le Haut conseil pour la réconciliation nationale a pour organes l’assemblée plénière, le comité exécutif et deux commissions, en l’occurrence la commission d’étude et d’orientation et la Commission de réhabilitation, d’indemnisation et de réinsertion sociale.

C’est le 6 novembre 2015 que le Conseil national de la Transition (CNT) a adopté la loi n°074-2015/CNT portant attribution, composition, organisation et fonctionnement du Haut conseil pour la réconciliation nationale (HCRN). Il est né des cendres de la Commission de la réconciliation nationale et des réformes (CRNR) présidée par Mgr Paul Ouédraogo.

Mathias Lompo

Leave A Response

*