Ses hommes ont revendiqué l’attaque terroriste de Ouaga

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

23 morts, 4 djihadistes abattus, 33 blessés et 126 otages libérés. C’est le bilan provisoire de l’attaque terroriste de Ouagadougou ce 15 janvier 2016. Ces chiffres étaient donnés pendant que le front de l’assaut contre les djihadistes s’était déplacé à l’hôtel YIBI où se seraient retranchés des assaillants après la libération du l’hôtel Splendid et du restaurant Cappucino par les forces spéciales burkinabè, américaines et française.

A l’origine de cette attaque terroriste de la capitale burkinabè, des hommes de Mokhtar Belmokhtar. En effet l’attaque a été revendiquée par le groupe Al-Mourabitoune dont il est l’un des responsables emblématique. Mais, au juste, qui est-il ?
Mokhtar Belmokhtar alias Belaouer ou Laouar1 (« le borgne ») ou Khaled Abou al-Abbas est un djihadiste algérien né le 1er juin 19722, nom 1 à Ghardaïa en Algérie.
Après un passage en Afghanistan, il combat pendant la Décennie noire dans le sud de l’Algérie au sein du GIA, puis du GSPC. Il est l’un des principaux artisans du ralliement des djihadistes algériens à Al-Qaïda qui aboutit à la formation d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) en 2007.

Le groupe Al-Mourabitoune, dont Belmokhtar est l'un des responsables, a revendiqué l'attaque de Ouaga

Le groupe Al-Mourabitoune, dont Belmokhtar est l’un des responsables, a revendiqué l’attaque de Ouaga


Belmokhtar est également le premier chef d’AQMI à s’implanter hors d’Algérie dans les pays du Sahara et du Sahel, et principalement au Mali. En décembre 2012, en conflit avec les autres chefs d’AQMI, il crée son propre mouvement ; Les Signataires par le sang, dont la principale action est la prise d’otages d’In Amenas, en Algérie, en janvier 2013. En août, son groupe fusionne avec le MUJAO pour former Al-Mourabitoune dont il est désigné émir en juillet 2015. Il rallie finalement de nouveau Al-Qaïda au Maghreb islamique en décembre 2015.

Depuis le 11 novembre 2003, il fait partie de la liste des organisations et personnes considérées par l’ONU comme proches d’Al-Qaïda ou des talibans3, liste instituée dans le cadre de la résolution 1267 de 1999 visant à lutter contre le terrorisme

Burkinademain.com

Leave A Response

*