Refus de déploiement de militaires au Burundi : Bujumbura gagne son bras-de-fer avec Addis Abeba

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

Comme nous l’annoncions, le consensus pour l’envoi d’une force d’interposition au Burundi n’avait pas eu lieu lors de la session, ce vendredi 29 janvier du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, obligeant à une prolongation de ladite session, et surtout à la déchirante épreuve de vote ce samedi pour départager les pro et les anti Maprobu.

 

10 voix contre et 5 voix pour. C’est le bilan de la consultation ce samedi des membres du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine sur l’envoi d’une force d’interposition de 5 000 hommes au Burundi pour prévenir un éventuel génocide dans le pays. Résultat catastrophique pour les partisans de cette Mission africaine de prévention et de protection au Burundi, la Maprobu.

Poignet de main glacial, voire gênant entre la présidente de la Commission de l'Union africaine (à droite) et le ministre burundais des affaires étrangères

Le ministre burundais des affaires étrangères Alain Aimé Nyamitwe (à gauche) a représenté valablement son président à Addis Abeba

Alain Aimé Nyamitwe

C’est totalement le contraire qui s’est produit. Dix voix favorables étaient indispensables pour autoriser le déploiement de troupes dans le pays de Pierre N’Kurunziza. Malgré le soutien de New York, Addis Abeba a perdu son bras-de-fer avec Bujumbura.

Alors que depuis le 18 décembre dernier, l’Union africaine se disait déterminée à déployer la Maprobu. Avec ou sans le consentement du pouvoir burundais. Désormais, c’est la machine arrière qui est enclenchée. «Rien ne se fera sans le consentement du président NKurunziza», a laissé entendre le représentant spécial de l’UA pour les Grands Lacs, Ibrahima Fall.

Cet échec de l'envoi de troupes de l'UA au Burundi est une victoire pour Pierre NKurunziza

Cet échec de l’envoi de troupes de l’UA au Burundi est une victoire pour Pierre NKurunziza

Une situation  manifestement d’échec qui fait penser à cette déclaration du nouveau président de l’Union africaine Idriss Deby Itno à l’ouverture du 26e sommet de l’organisation : «Nous nous réunissons trop souvent, nous parlons toujours trop, mais nous n’agissons pas assez et parfois pas du tout».

 

Bazomboué Grégoire Bazié, Envoyé spécial à Addis Abeba

BURKINADEMAIN.COM

Leave A Response

*