La Fable du Québec : Le Mastiff et le Brigand

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

Le Mastiff et le Brigand

Fruit d’une étreinte éphémère

et d’un amour sans lendemain,

un Mastiff dont les père et mère

n’étaient qu’un souvenir lointain,

se trouva famille à aimer,

Monsieur, Madame et Bébé.

 

Le sable coula au sablier,

lentement s’effaça le passé,

et pour les siens il devint,

ami, confident et gardien.

 

Sans être invité,

se présenta Brigand

armé, mal attentionné

et d’esprit arrogant.

 

Troquant gentillesse contre hardiesse,

caresse contre rudesse et adresse,

le Mastiff se leva pour les siens

et délogea l’intrus qui jamais ne revint.

 

Chassant les noirs nuages de la mésaventure,

le Mastiff pansa écorchures et blessures,

et vite, redevint ce qu’on attendait de lui,

un ami sincère prêt s’il le faut, à donner sa vie.

 

Il faut savoir s’entourer bien,

car qui peut dire en parlant de son chemin,

quel tournant prendra sa vie demain ?

 Pierre Simard, dit Monsieur Fable™

 

 

La fable en français facile par l’auteur

Pierre Simard dit Monsieur Fable

Pierre Simard dit Monsieur Fable

 « Autrefois comme aujourd’hui, dans bien des écoles de chez nous, dès les premières années de classe, les durs-à-cuire se trouvent un faiblard, un jeune, de préférence un petit grassouillet sans amis, et en font leur bouc émissaire.

Pour installer leur pouvoirs et se monter grands, forts et braves, tout leur est bon, moqueries, méchancetés, violences physiques et menaces de représailles. Quant à ceux qui sont dérangés devant telle affaire, au lieu de prendre partie pour la victime, ils préfèrent détourner le regard, se boucher les oreilles et garder le silence, la peur les gouverne.

Dans mon école, le petit gros c’était moi. Un jour, lorsque j’en ai eu assez, je me suis pris en main et je me suis inscrit à des cours d’arts martiaux, pas pour gagner des médailles, pas pour avoir une ceinture noire, non, je voulais pouvoir marcher debout, fier, la tête droite, sans me sentir obligé de me venger de tout ce que j’avais vécu.

Devenu allergique à la bêtise humaine, lorsque je suis devenu fabuliste, c’était et c’est encore pour permettre aux lecteurs de réfléchir à ce qu’ils font ou ne font pas, mais aussi d’accumuler des leçons de sagesse intemporelles pour grandir intérieurement. »

BURKINADEMAIN.COM

Leave A Response

*