L’UPC dénonce la gloutonnerie du parti au pouvoir

Spot SERRO
Posted on by B_Demain

La présidence du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) a animé une conférence de presse, ce 10 février 2016 à Ouagadougou. Il s’est agi de faire le point de la mise en place de l’organe exécutif de l’Assemblée nationale, des groupes parlementaires et des commissions générales.
ZEPH

Selon le président du groupe parlementaire de l’UPC, Alitou Ido, sur 5 vice-présidents, l’opposition occupe la 2e et la 3e vice-présidence. « Pour le poste de 2e Questeur ou la création de poste de 3e Questeur, l’opposition n’a pas été suivie par la majorité qui a préféré créer une 6e Commission générale dont la pertinence est loin d’être avérée », avance-t-il.

Le député Ido indique qu’il n’y a pas de changement de philosophie dans la gestion du pouvoir d’Etat. A l’en croire, le pouvoir s’est arrogé 11 postes de commission générale, concédant 4. Outre cela, la majorité s’est accaparée 34 sièges dans les parlements internationaux contre 18 à l’opposition. Et cela au prix « de longues discussions de plusieurs jours ».
« Nous sommes toujours dans la logique du « Tuk Guili » incontestablement », a t-il mentionné.

Concernant la déclaration de politique générale du premier ministre Paul Kaba Thiéba, le Vice-président du groupe parlementaire, Justin Compaoré, a fait savoir que son parti a préféré s’abstenir sous prétexte qu’il ne leur « revient pas de juger, pour le moment, le projet de société de Roch Kaboré ».

Par ailleurs, le député Alitou Ido a révélé que le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo a déjà signé la résolution permettant à l’opposition de s’organiser dans le cadre du chef de file de l’opposition politique (CFOP); Zéphirin Diabré serait déjà à pied d’œuvre.

Mathias Lompo
BURKINADEMAIN.COM

Leave A Response

*