Présidentielle ougandaise : Yoweri Museveni en roue libre pour un 5e coup KO

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

C’est en grand favori que Yowerie Museveni (72 ans), président depuis 1986, va tenter dans le cadre de la présidentielle ougandaise de ce 18 février 2016, de décrocher un cinquième mandat auprès de 15 millions d’électeurs du pays.

Le président sortant, Yoweri Museveni entend remporter la présidentielle dès le premier tour

Le président sortant, Yoweri Museveni entend remporter la présidentielle dès le premier tour


Le président Yoweri Museveni n’entend visiblement pas perdre cette présidentielle du 18 février 2016. Et il a bien donné le ton pendant la campagne électorale en comparant son pays à une bananeraie qu’il a planté, entretenu jusqu’à maturité et qu’il se doit de récolter les fruits avant songer à quitter les affaires. À la tête de l’Ouganda depuis 1986, Museveni pense que « ce n’est pas le bon moment » de quitter le pouvoir
Donc, sauf tremblement de terre, il devrait rempiler dès le premier tour du scrutin pour un cinquième mandat, surtout en l’absence d’une opposition forte.

Du guérillero au politique
Fils d’éleveurs de bétail issu de la tribu Ankole (ouest) et diplômé en sciences politiques et en économie à Dar es-Salaam, en Tanzanie, Museveni a été guérillero avant d’être homme politique.
Ancien combattant de la guérilla mozambicaine, il travaille brièvement aux services d’espionnage sous la première présidence ougandaise de Milton Obote (1966-1971).
Mais après le coup d’État du commandant de l’armée Idi Amin Dada, en 1971, il fuit en Tanzanie et participe à la création du Front pour le salut national (Fronasa), qui, allié à l’armée tanzanienne, reprend le pouvoir en 1979, mettant fin à huit années de terreur.
Museveni occupe les portefeuilles de la Défense et de la Coopération avant les élections de 1980, truquées selon lui et remportées par Milton Obote.
Début 1981, il créé l’Armée de résistance nationale (NRA), composée au départ de 27 hommes, et lance des raids victorieux sur des casernes militaires dans l’ouest du pays.
Après cinq ans de lutte contre le régime d’Obote, la NRA prend Kampala. Museveni, investi président le 29 janvier 1986, entame son long règne. Il interdit le multipartisme, estimant que les formations politiques sont à l’origine des violences qui ont ensanglanté l’Ouganda depuis son indépendance en 1962.
En 2005, tout en réintroduisant le multipartisme à la faveur d’un référendum, il modifie la Constitution pour abroger la limitation du nombre de mandats présidentiels.

BURKINADEMAIN.COM

Leave A Response

*