Présidentielle béninoise : L’heure de vérité pour les successeurs de Boni Yayi

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

Le premier tour de l’élection présidentielle au Bénin s’est déroulé dans l’ensemble sans accroc ce dimanche 6 mars 2016 sur l’étendue du territoire. Aucune donnée n’avait pas filtré des urnes au moment où nous tracions ces lignes, les résultants n’étant pas attendus avant plusieurs jours.

Le décompte des votes du premier tour progresse normalement

Le décompte des votes du premier tour progresse normalement

C’est à présent fait. Les électeurs béninois ont enfin pu se rendre aux urnes ce dimanche pour départager les 33 candidats à la succession de président Yayi Boni. A part quelques retards, le scrutin s’est bien déroulé dans l’ensemble. Et les dépouillements des urnes ont aussitôt commencé après la clôture des votes. Autant que l’heure de vérité s’approche pour les 33 présidentiables béninois. Cette phase cruciale est extrêmement surveillée par les différents protagonistes de la présidentielle, personne ne voulant se faire harakiri. Mais, pour le président de la Commission électorale nationale autonome (CENA), Emmanuel Tiando, l’essentiel est déjà fait : les Béninois, contrairement à ce que certains craignaient, ont voté dans la paix et la fraternité. Il a salué à ce propos «la maturité politique» du peuple béninois.

Le bon déroulement du premier tour de scrutin permet déjà au président sortant, Yayi Boni, de faire sereinement ses adieux aux Béninois

Le bon déroulement du premier tour de scrutin permet déjà au président sortant, Yayi Boni, de faire sereinement ses adieux aux Béninois

Même sentiment de sentiment de satisfaction chez le président sortant, Boni Yayi qui s’est félicité du bon comportement de ses compatriotes lors de ce scrutin.

Faut-il le rappeler, la présente présidentielle était initialement prévue pour le 28 février dernier, mais pour des problèmes de non de disponibilité de la nouvelle carte d’électeur, elle a été fixée ce dimanche 6 mars 2016, sans la certitude que le problème de distribution de cartes d’électeur soit entièrement résolu.

C’est pourquoi, la cour constitutionnelle avait suggéré aux institutions en charge de l’organisation du scrutin présidentiel que les cartes d’électeur délivrées dans le cadre des élections de 2015 servent aux votes, en cas de non disponibilité de la nouvelle carte d’électeur. Finalement, c’est ce qui a été fait pour permettre à tous les électeurs de voter. Reste maintenant à savoir si cela suffira à éviter les contestations post-électorales.

Martin Philippe

Burkina Demain

Leave A Response

*