Ouagadougou : C’est parti pour le colloque international sur les alternances politiques

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

Comme annoncé il y a quelques jours par le Pr. Abdoulaye Soma, président de la Société burkinabè de droit constitutionnel (SBDC), le colloque international sur les alternances politiques en Afrique a débuté ce lundi 14 mars 2016 à Ouagadougou.

 C’est le ministre Clément P. Sawadogo qui a prononcé, au nom du président Roch March Christian Kaboré, patron de l’événement, le mot d’ouverture du colloque. C’était en présence d’éminentes personnalités de la diplomatie et de droit constitutionnel dont le Pr. Francis Wodié de la Côte d’Ivoire.

La mobilisation était au rendez-vous du côté des officiels et des experts constitutionnels

La mobilisation était au rendez-vous du côté des officiels et des experts constitutionnels

«Alternances politiques en Afrique : défis démocratiques et enjeux constitutionnels». C’est le thème du colloque international de deux jours qui a débuté ce lundi même dans la capitale burkinabè. Il est placé sous le haut patronage du président du Faso, Roch March Christian Kaboré, le parrainage de l’ambassadeur de France au Burkina, Gilles Thibault et en partenariat avec l’université Ouaga2 et Hanns Seidel Stiftung.

Le ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale, Clément P. Sawadogo a représenté le président Kaboré à l’ouverture du colloque. Occasion pour lui de saluer cette initiative de la de la Société burkinabè de droit constitutionnel (SBDC) qui vise, dit-il, à approfondir la réflexion sur la problématiques des alternances politiques en Afrique en vue de contribuer à la consolidation des processus démocratiques sur le continent.

Le présidium du Colloque, à l'ouverture ce lundi à Royal Beach Hotel

Le présidium du Colloque, à l’ouverture ce lundi à Royal Beach Hotel

Eléments de définition de l’alternance politique

 

Pour l’ambassadeur d’Allemagne au Burkina Faso et représentant des partenaires, l’objet du colloque de Ouagadougou est plus que jamais d’actualité pour l’Afrique avec 16 élections présidentielles qui ont lieu au cours de cette année 2016 avec plus ou en jeu l’alternance politique. Mais, c’est quoi l’alternance politique ?

Sur cette question, le Pr. El Hadji MBodj a expliqué dans son exposé introductif sur le colloque que l’alternance politique n’est pas et ne se réduit pas au simple changement de pouvoir. On parle de gouvernance politique quand deux régimes politiques de style de gouvernance différent se succèdent suite à des élections régulières dans un système politique régi par une constitution.

 

Experts venus d’horizons divers

De ce qui ressort des différentes interventions enregistrées à l’ouverture dont celle du Pr Abdoulaye Soma, président de la SBDC ou du Pr. Stanislas Ouaro, président de l’université de Ouaga2 ; c’est que le présent colloque est un acte important de contribution à la réflexion sur les alternances politiques et partant, à l’approfondissement de la démocratie sur le continent.

Le Pr Abdoulaye Soma, président du comité d'organisation du colloque, s'est félicité de la mobilisation autour de cette initiative de la Société Burkinabè de Droit Constitutionnel

Le Pr Abdoulaye Soma, président du comité d’organisation du colloque, s’est félicité de la mobilisation autour de cette initiative de la Société Burkinabè de Droit Constitutionnel

C’est pourquoi l’un ou l’autre Professeur a salué dans son mot de bienvenue la mobilisation pour ce colloque international qui réunit des experts de la question venus des quatre coins de l’Afrique et de la France. En tout cas, le représentant du patron s’est dit confiant quant à la qualité des conclusions de ce colloque, au regard notamment des compétences réunies. L’ouverture du colloque a été suivie d’un panel modéré par le Pr Francis Wodié.

Animé par le Pr. Joel Aivo du Bénin , le Pr Jean Louis Esambo Kanghashe de la République démocratique du Congo et le Dr Cheick Amala Touré du Mali , ce premier panel du colloque a porté sur les procédures et difficultés de l’alternance. Nous y reviendrons.

 

Martin Philippe

Burkina Demain

Leave A Response

*