Création d’une caisse de dépôts et de consignations avec l’aide française

Posted on by B_Demain

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba et les directeurs généraux de l’Agence française de développement (ADF) et de la Caisse des dépôts de France, Rémy Rioux et Pierre-René Lemas ont animé conjointement, le mardi 4 avril 2017 à Ouagadougou, un point de presse sur la création d’une Caisse de dépôts et de consignations (CDC) au Burkina Faso.kaba

Selon le premier ministre, Paul Kaba Thiéba, la création de la Caisse de dépôts et de consignations CDC se justifie par l’insuffisance de financement des investissements structurants, le manque de structures financières de confiance sur le marché national et la nécessité de sécuriser et de rentabiliser des fonds de retraite et d‘épargne. La Caisse des dépôts et consignations (CDC) est l’alternative la plus crédible et la plus sérieuse pour apporter des solutions efficaces aux investissements massifs, a avancé le chef du gouvernement.
A l’entendre, la CDC va mobiliser l’épargne domestique pour répondre aux besoins de financement, à long terme, des infrastructures dans les secteurs de l’énergie, de la santé, de l’éducation, des transports, de l’économie numérique… «Au départ, nous allons sélectionner les projets les plus structurants pour l’économie nationale au lieu de disperser les ressources», a dit Paul Kaba Thiéba qui a fait savoir qu’il y a des investissements à financer dans tous les secteurs.

Le directeur général de l’Agence française de développement (AFD), Rémy Rioux, a annoncé le lancement d’un fonds commun d’investissements dans les projets d’infrastructures, estimé à plus de 400 milliards de FCFA. Pierre-René Lemas, lui, compte apporter des conseils stratégiques, financiers et organisationnels de la Caisse des dépôts de la France , vieille de plus de deux siècles. Il s’est engagé à mettre en œuvre une coopération bilatérale avec la CDC. De ses explications, la Caisse des dépôts est un outil de développement qui protège l’épargne, transforme l’argent pour financer le long terme et garantir la confiance.

Joachim Batao
Burkina Demain

Leave A Response

*