PAREN : la contre-offensive s’organise chez les pro-Barry

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

Trois jours après le congrès du 30 juillet qui a exclu le président Tahirou Barry et trois autres militants du Parti de la renaissance nationale (PAREN), des voix proches des exclus commencent à s’élever pour condamner ce qui s’est passé et réaffirmer leur confiance au bureau déchu, qualifiant d’illégal le nouveau bureau exécutif du PAREN.

L’épreuve de force semble plus que jamais engagée entre factions du Parti de la renaissance nationale (PAREN), à l’issue du congrès du dimanche dernier qui a vu l’installation d’un bureau exécutif en l’absence du précédent bureau exécutif dont le président Tahirou Barry et 3 autres membres ont été purement et simplement exclus du parti.

Trois jours après ce congrès de la discorde, des pro-Barry affirment dans une déclaration leur rejet des résolutions du congrès et réaffirment leur confiance au bureau déchu. Quant au congrès et le bureau qui en est issu, ils sont déclarés illégaux.

Au fondateur du PAREN, Laurent Bado, qui s’était fondé sur une motion de 2006 qui lui conférait le droit d’intervenir dans la gestion en cas de difficultés majeures, les pro-Barry rétorquent en invoquant la primauté des textes constitutifs sur les motions.

En face, les acteurs du congrès du 30 juillet semblent également déterminés à tourner la page Tahirou Barry et Cie et n’entendent visiblement pas céder.  Au cours du concours du congrès, c’est avec leur bénédiction que les militants proches des responsables déchus avaient été expulsés manu militari de la salle. Et ce n’est pas maintenant, après la démolition et l’exclusion de la précédente équipe dirigeante, qu’ils vont faire dans la dentelle. Et si l’une et l’autre faction ne font pas preuve de tempérance, de retenue, l’on se dirige tout droit vers un feuilleton judiciaire qui risque d’écorner sérieusement la réputation du parti.

Mathias Lompo

Burkina Demain

Leave A Response

*