UNIR/PS : Les cadres réaffirment leur engagement à œuvrer au rayonnement du parti et du sankarisme

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

Dans le cadre la célébration du 34ème  anniversaire de l’avènement de la révolution du 04 août 1983 à Fada N’Gourma, ce vendredi 04 août 2017, les cadres de l’Union pour la renaissance/ parti sankariste (UNIR/PS) ont organisé une conférence des cadres en vue redynamiser le parti sur l’échiquier politique, dans la perspective des échéances électorales à venir.

le présidium de la conférence des cadres de l’Unir/PS à Fada

«Quel engagement du cadre de l’UNIR/PS pour le rayonnement du parti». C’est autour de ce thème que les cadresde l’union pour la renaissance/ parti sankariste (UNIR/PS) se retrouvés ce 4 août 2017 à Fada, dans le cadre de la commémoration du 34e anniversaire de l’avènement de la révolution du 04 août 1983 dont le leader historique, Thomas Sankara, reste une référence pour l’UNIR/PS.

Vu l’importance de l’évènement, naturellement, c’est Maître Bénéwendé S Sankara, président du parti, qui a présidé les travaux de la présente conférence des cadres de l’UNIR/PS.

Plusieurs objectifs sont poursuivis par la tenue de cette conférence. Il s’agit d’abord, de commémorer l’avènement de la révolution du 04 août 1983 ; ensuite, de permettre aux cadres de se familiariser, de s’engager d’avantage pour le rayonnement du parti et d’apprécier objectivement l’implication de ces derniers à la gestion du pouvoir de l’Etat ; et enfin, d’installer le coordonnateur général de la région de l’Est à en croire Alassane Sakandé, le rapporteur  général de la conférence des cadres à Fada.

Rôle capital du cadre dans le rayonnement du parti

les cadres de l’UNIR/PS ont réaffirmé leurs engagements à faire rayonner leur parti et le sankarisme

Plusieurs communications autour du thème central ont été entendues dont celle de Boukary Willy, juriste fiscaliste et enseignant à l’université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo. De ses interventions, il ressort que le rôle du cadre du parti est capital dans le rayonnement du parti. A savoir : son engagement intellectuel par la formation, ses propositions et son exemplarité. En effet, le cadre doit se former politiquement, idéologiquement afin de devenir à son tour un formateur pour les militants. Il doit également contribuer financièrement, étant donné que « l’argent est le nerf de la guerre en politique. Car sans moyen, il est difficile de faire rayonner ses idées ». Le cadre doit enfin, être un exemple dans toutes ses entreprises afin de donner une bonne image au sankarisme, etc.

4 étapes à la clôture de la conférence

La cérémonie de clôture a été marquée par quatre étapes majeures. A savoir : l’installation effective de Albert S Ouoba au poste de coordonnateur régional de l’Est ; la lecture du rapport général de la conférence ;  les motions de soutien au président du parti ; et le discours de clôture de l’évènement.

Ainsi, selon le Président du parti de l’œuf Bénéwendé Sankara, le choix de Fada « se justifie d’abord par l’installation du coordonnateur de la région ce jour-même ; et aussi, par le fait que la ville est difficile d’accès ». Maître Sankara a laissé entendre que cette masse électorale se trouve dans des zones difficiles d’accès et que ce déplacement leur permettrait de vivre les réalités de celle-ci.

L’alliance avec le pouvoir, «un choix stratégique»

Le président de l’Unir/PS, Bénéwendé Stanislas Sankara, se prêtant aux questions de la presse

S’agissant de l’alliance du parti avec celui au pouvoir, c’est-à-dire le MPP, Bénéwendé a soutenu que ce choix était le meilleur. « C’est un choix stratégique, un choix tactique » à un moment donné de la vie politique du parti. Car, selon lui, cela a permis de « stabiliser les institutions de son parti ».

« Bâtir ensemble avec le peuple, un Burkina prospère » est l’un des idéaux que défend l’UNIR/PS. De ce fait, son parti et le MPP ont en commun cet idéal-là. C’est pourquoi plusieurs cadres du parti se sont retrouvés dans la gestion du pouvoir de l’Etat. Il s’agit du ministre chargé des ressources animales et halieutiques Sommanogo Koutou et de Nestor Bassière, ministre chargé de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique.

Mathias Lompo

Burkina Demain

Leave A Response

*