Tanghin Dassouri : les habitants de Lougsi divisés par un projet de lotissement

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

Dans la commune de Tanghin Dassouri, s’il y a un sujet qui fait grand bruit en ce moment, et menace de mettre aux prises des habitants ; c’est bien le projet de lotissement controversé de Lougsi avec deux camps. Si les deux camps semblent pour le principe du lotissement dans leur village, les conditions les  opposent .

Encore une affaire de lotissement qui fait grand bruit, alors que  les opérations de lotissements sont bien suspendues depuis plusieurs années et que les regards sont désormais tournés vers la commission installée par le ministère de l’habitat et de l’urbanisme pour étudier les conditions de  reprise de ces opérations foncières potentiellement litigieuses !

Les évènements se passent à quelques dizaines de kilomètres de Ouagadougou, dans le village de Lougsi, dans la commune de Tanghin Dassouri.

A en croire certaines sources, le dossier de lotissement de Lougsi est suffisamment avancé. Puisqu’il est fait cas d’opérations de relevées topographiques. On parle aussi d’autorisation de lotir qui aurait été donné par le ministère de l’habitat et de l’urbanisme. Pour parvenir à cette autorisation du ministère dans un contexte de suspensions des lotissements, un procès verbal signé par les vieux  du village aurait servi de base. Selon ce procès verbal, les habitants du village sont pour le lotissement.

Ce qui, apparemment, n’est pas faux.

«les Zongo sont pour mais pas avec les conditions du promoteur désigné»

Si tout le monde est d’accord pour le lotissement dans le village, ce sont les conditions proposées par le promoteur, un certain «AKIM » qui pose problème chez plusieurs habitants, notamment chez les Zongo.

En plus ses engagements de réaliser des infrastructures dans le village (marché), le promoteur se serait engagé à donner 5 parcelles à l’hectare aux propriétaires terriens. Sur un hectare l’on peut avoir  25 parcelles de 300 m2. Cette offre n’est pas satisfaisant pour la famille Zongo dont est issu le pasteur évangéliste Louis Zongo qui officie à Bonheur Ville à Ouagadogou.

«Nous avons une famille de près de 300 personnes.  Avec ce que propose le promoteur, tout le monde n’aura pas de parcelle. On va donner à qui et laisser qui ? Nous voulons un promoteur qui accepterait nos conditions pour que nous puissions loger nos parents, nos frères  dans la tranquillité», soutient le pasteur. A l’écouter, il aurait demandé avec toute sa famille, au cours d’une réunion au village, l’augmentation du nombre de parcelles à l’hectare. Une requête qui n’a pas été acceptée.

Mais, à  quelle conditions vont-ils être partants pour le lotissement ? «Entre 12 et 15 parcelles à l’hectare», a-t-il répondu.

La famille Zongo n’est pas la seule à être opposée au lotissement avec le promoteur désigné. Des membres de la famille Ilboudo dont est membre Job Ilboudo, sont également opposés. «Je suis au courant du lotissement mais je ne suis pas d’accord. Nous sommes nombreux à ne pas être d’accord», confie Job Ilboudo.

«Pas question de lotissement à part et à part à Lougsi»

En face, les partisans d’un lotissement avec les conditions proposées par le promoteur sont déterminés. Pour eux, il n’est question d’aller en rangs dispersés sur cette question de lotissement.  Le premier conseiller du village Abel  Ilbouldo, un des acteurs clés de l’opération,  est clair sur les sujet.

«Il ne faut pas écouter ce que les gens racontent. Des gens veulent des lotissements à part et à part, alors que ça, ce n’est pas possible», c’est la réaction du conseiller Ilboudo lorsque nous l’avons joint au téléphone jeudi soir pour savoir sa version des faits.  On avait convenu d’une rencontre vendredi 11 août à 10 h pour qu’il nous situe sur la question. Il nous avait toutefois prévenu qu’il se rendrait au village avant de revenir à Ouagadougou pour notre rendez-vous de 10 h. A 10 h quand nous l’avons joint au téléphone pour savoir si notre rendez-vous tenait ou pas, il nous dira qu’il est toujours au village, qu’il n’est pas encore de retour.

 

Dimanche 13 août, journée décisive pour l’un ou l’autre camp ?

En nous informant qu’il n’était pas encore rentré à Ouagadougou, Abel Ilboudo nous invitait en même à venir au village le dimanche 13 août 2017. Et de nous expliquer qu’il y aura une réunion ce jour et que je pourrai toutes les informations sur place.

En échangeant avec Job Ilboudo sur le projet de lotissement, il nous  parlera également de dimanche. Il se prépare, à l’écouter, un meeting des opposants au lotissement.

Cette journée s’annonce apparemment  décisive pour l’un et l’autre camp. Pas question dans l’un et l’autre camp de céder.

«Les conditions ne nous satisfont pas. Ne nous forçons pas. Nous sommes dans un Etat de droit. Et la promotion immobilière respecte la volonté des propriétaires terriens», lance pour sa part le pasteur évangéliste Louis Zongo.

Philippe Martin

Burkina Demain

Leave A Response

*