Houndé : la mairie accompagne les femmes dans la micro-finance communautaire

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

La salle de conférence de la mairie de Houndé, a abrité le 28 août 2017, une cérémonie sur l’expérience de la micro-finance communautaire que deux groupes de femmes (Benkadi et Sinignassigui) de la commune ont bénéficié.

Les autorités municipales de Houndé accompagnent l’initiative

La mairie de Houndé a financé pour la formation et la prise en charge du processus de suivi des groupes de femmes qui ont bénéficié la micro-finance communautaire à Houndé. La micro-finance communautaire est un concept qui consiste à mettre en place des groupes de 25 membres chacun. Chaque groupe reçoit une formation qui permet aux membres de gérer leur réunion et ils n’auront besoin que de supervision.

Ils se réunissent une fois par semaine afin d’épargner de l’argent dont le montant est décidé en assemblée générale et chaque mois, l’épargne collectée est redistribuée sous forme de crédits aux membres qui le désirent pour le financement de leurs activités génératrices de revenus. Au bout d’un an, l’épargne collectée et les intérêts générés par les prêts sont distribués entre les membres et un nouveau cycle est recommencé.

Bilan des activités annuelles

Louis Basile, spécialiste de la micro-finance communautaire, a salué la disponibilité du maire d’accepter accompagner le concept et a souligné entre autres son avantage qui permet aux femmes d’épargner facilement, d’avoir un accès facile au crédit, de renforcer la solidarité entre les femmes, de favoriser l’éducation financière et le partage d’expérience entre les femmes.

De 1er septembre 2016 au 28 août 2017, cela fait un an (1er cycle) et voici le bilan des activités annuelles des deux groupes d’épargne et de crédits présenté par Louis Basile : 51 membres dont 26 pour le 1er groupe ,132 prêts octroyés qui vont de 10.000f à 170.000f, le montant des prêts octroyés est de 4.906.000f, les bénéfices générés sont 2.615.000f, l’épargne brute s’élève à 3.127.000f, les bénéfices sont de 854.800f, le montant partagé vaut 3.981.800f (le groupe Benkadi avec 71.000f comme épargne brut de chacun , a reçu 15.000f comme intérêts et le groupe Sinignassigui avec 69.000f  d’épargne brut a eu pour chacun 17.000f comme intérêts)

Ne ménager aucun effort pour le développement

Dissan B. Gnoumou, député-maire de Houndé, après avoir observé une minute de silence en mémoire du Docteur Salifou Diallo, a félicité et encouragé les membres des groupes pour leurs efforts. Il a fait comprendre les femmes que personne ne pourra faire le développement des femmes à leur place. Il a poursuivi en disant que autonomisation des femmes pour lutter contre la pauvreté est une condition du développement de Houndé, la micro-finance pourrait être à cet effet l’une des solutions prometteuses.

Selon le maire, si les pouvoirs publics et la population se donnent la main, notre pays, la  commune de Houndé peut compter sur elle-même pour résoudre beaucoup de problème. Et le maire d’inviter les autres femmes et pourquoi pas les hommes à s’y engager et à en parler autour d’eux car, pour  le développement chacun ne doit ménager aucun effort pour y parvenir. Aussi avec l’appui des conseillers, CVD et les personnes ressources, le maire promet d’accompagner l’initiative pour atteindre les villages.

10 groupes d’épargne et de crédit

La coordinatrice communale des femmes de Houndé, madame Coulibaly a manifesté sa satisfaction pour l’initiative car, avec ce concept, dit-elle, beaucoup de femmes sont arrivées à mener des activités et à payer la scolarité de leur enfant et d’autres arrivent à renforcer leur commerce. Et de demander aux partenaires de continuer à aider les femmes pour lutter contre la pauvreté. «C’est vraiment bénéfique et moins de problèmes » ; assure-t-elle.

Avec le soutien de la mairie, on se retrouve avec dix (10) groupes d’épargne et de crédit et le 3e groupe va partager ses fonds en décembre et les autres suivront en début d’année 2018.

Le maire a lancé un appel aux partenaires qui sont disposés à accompagner le concept pour qu’enfin «ils puissent accompagner nos mères, nos femmes et nos sœurs à sortir de la pauvreté».

«Vaut mieux apprendre à compter sur soi que d’attendre toujours qu’on te donne».

Gafoura Guiro / Houndé

Burkina Demain

Leave A Response

*