ONU : L’émissaire du leader nord-coréen va répliquer à Trump ce vendredi

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

Alors que la question des essais nucléaires et balistiques de la Corée Nord occupe et préoccupe  la communauté internationale au regard de leurs menaces pour la paix, le leader nord-coréen n’est pas de la 72e Assemblée générale de l’organisation des Nations-Unies (ONU) qui se tient depuis le 19 septembre 2017 à New York. Et pour répliquer au président américain Donald Trump qui a menacé dans son discours d’anéantir la Corée du Nord, Kim Jong-Un a envoyé son ministre des affaires étrangères, le vice-Maréchal Ri Yong-ho, qui dès son arrivée à New York a donné le ton en qualifiant les menaces de  Trump d’«aboiements de chien», assurant que la caravane nord-coréenne passera.

C’est le vice-Maréchal Ri Yong-ho, chef de la diplomatie nord-coréenne, qui réagira officiellement aux menaces de Trump à la tribune de l’ONU ce vendredi

En principe, c’est ce vendredi que le vice-Maréchal,  émissaire spécial du leader nord-coréen Kim Jong-un, prendra la parole à la 72e Assemblée générale de l’Organisation des Nations-Unies (ONU).

Ce  discours du vice-Maréchal Ri Yong-ho sera scrupuleusement scruté, la Corée du Nord étant devenue l’une des principales menaces à la paix mondiale pour laquelle l’ONU a été créée.

En effet, depuis l’ouverture de cette 72e AG de l’ONU le 19 septembre dernier, la question  des essais nucléaires et balistiques nord-coréens  revient systématiquement dans les interventions des dirigeants mondiaux.

Doit-on s’attendre à un discours apaisant de la part de Pyongyang ?

Dans son allocution le 19 septembre, le président américain Donald Trump n’est pas passé par quatre chemins pour menacer d’anéantir la Corée du Nord si elle n’arrête pas. Menace à laquelle le ministre des affaires étrangères nord-coréen le vice-Maréchal Ri Yong-ho a réagi par raillerie à son arrivée à New York en qualifiant les menaces trumpistes d’«aboiements de chien». Ce qui évidemment ne laisse pas présager un discours apaisant de la part de Pyongyang.

Si l’émissaire de Kim Jong-un va jusqu’au bout de la logique de son jeune mentor Kim Jong-un qui aurait déjà qualifié le président Trump de «vieux malade mental», l’on risque d’assister à une exacerbation des tensions de la Corée du Nord avec les Etats-unis et ses voisins (Corée du Sud et Japon).

Wait and see.

Victor Bassolé/ New York

Burkina Demain

Leave A Response

*