Des journalistes à l’école du droit

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

L’Association Droit Liberté et Démocratie (ADLD) a initié un atelier de formation et d’information au profit des journalistes du 01 au 02 décembre 2017  à Ouagadougou. Cette formation s’inscrit dans le cadre des activités de la 3e édition du salon du droit de ladite association. La cérémonie marquant l’ouverture des travaux à été présidée par Paul Antoine Decraene, représentant l’ambassadeur de la France. 

Le présidium, au milieu, le président Dieudonné Lankoandé

Permettre aux hommes de médias de se familiariser avec l’organisation et le fonctionnement du système judiciaire national et international. Il s’agit là, des deux grandes thématiques qui ont ponctué ces deux jours de cours de droit en l’endroit des journalistes.

A l’ouverture de l’atelier, le représentant de l’ambassadeur de la France, Paul Decraene, a dans son allocution salué cette initiative de l’Association droit liberté démocratie (ADLD). Il dira à l’endroit des journalistes que « vous avez choisit un métier qui comporte des risques, mais un métier noble, en choisissant d’informer le public ». Il pense même que les médias sont une des plus « puissantes institutions qui existent ».

Le président de l’association Dieudonné Lankoandé a, avant toute chose, remercié les journalistes d’avoir répondu présent à cette séance de formation et d’information. Pour lui, cela témoigne de « tout l’intérêt que vous portez à cette question de droit » dont les terminologies ne sont toujours pas bien maîtrisées par certains.

Ainsi, deux jours durant, les journalistes ont bénéficié de l’expertise tant de magistrat que d’avocat venu partager des informations avec les hommes de médias.

La chaine judiciaire de la procédure pénale burkinabè, présentée par le pénaliste Christian Ouédraogo n’a pas manqué de suscité d’engouement pour les étudiants du jour.

Les questions de la garde à vue et du délai, sont soulevées par les journalistes pour qui, trop d’insuffisance sont constaté à ce niveau.

Les questions de droit communautaire, de l’apatridie, de la promotion du droit de la femme et de la migration ont également fait l’objet de communication.

Joachim Batao

Burkina demain

Leave A Response

*