Habitat en Afrique de l’Ouest : IFC va mobiliser jusqu’à un milliard de dollars

Posted on by B-Demain

IFC, institution du Groupe de la Banque mondiale, a annoncé un investissement de neuf millions de dollars qui vise à mobiliser jusqu’à un milliard de dollars pour accroitre le financement de l’habitat dans huit pays d’Afrique de l’ouest au cours des quatre années à venir. C’est la première fois qu’IFC utilise cette solution novatrice pour créer des marchés et des opportunités dans des pays à faible revenu. C’est la teneur du présent communiqué.

«Washington, D.C., 24 janvier 2018 – IFC, une institution du Groupe de la Banque mondiale, a annoncé un investissement de neuf millions de dollars qui vise à mobiliser jusqu’à un milliard de dollars pour accroitre le financement de l’habitat dans huit pays d’Afrique de l’ouest au cours des quatre années à venir. C’est la première fois qu’IFC utilise cette solution novatrice pour créer des marchés et des opportunités dans des pays à faible revenu.

L’investissement permettra à la Caisse Régionale de Refinancement Hypothécaire (CRRH) d’accroitre l’échéance des obligations qu’elle émet. La CRRH, une institution soutenue par la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), offre des solutions de refinancement hypothécaire dans les pays membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) – le Benin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

La CRRH œuvre à accroitre le financement de l’habitat et à renforcer le marché des capitaux locaux. IFC a récemment investi neuf millions de dollars dans l’achat d’obligations sur douze ans émises par la CRRH.

C’est la première fois qu’IFC utilise des fonds du Guichet IFC-MIGA de promotion du secteur privé pour IDA-18, doté d’un budget de 2,5 milliards de dollars. Le Guichet a été créé en 2017 pour mobiliser des investissements privés dans les pays à faibles revenus, qui peuvent bénéficier de financements de l’Association internationale de développement (IDA). Le Guichet cherche notamment à encourager les investissements privés dans les pays fragiles ou affectés par des conflits.

IFC cherche à faire plus dans les pays à faible revenu. Pour cela, nous devons déployer de nouveaux outils et de nouvelles approches pour mobiliser des capitaux,” a dit le directeur général d’IFC, Philippe Le Houérou. “Grâce aux instruments qu’offre le Guichet IFC-MIGA de promotion du secteur privé, nous pouvons créer des marchés de même qu’améliorer les conditions de vie et le bien-être des populations – dans le cas présent, en offrant un habitat à coût abordable à des milliers de familles.”

Déficit important de logements dans la zone UEMOA

L’UEMOA fait face à un déficit de logements important, estimé à environ 3,5 millions d’unités. Moins de 7 pourcent des ménages sont propriétaires de leur logement.

Le présent investissement entre dans le cadre d’un partenariat stratégique entre le Groupe de la Banque mondiale, l’UEMOA et la CRRH pour développer le financement de l’habitat en Afrique de l’ouest et complète les appuis financiers apportés par IFC et l’IDA à travers la plateforme IDA Scale-Up Facility.

“L’IDA intensifie ses engagements en Afrique, notamment à travers des initiatives qui contribuent à réduire les risques pour les investisseurs privés,” a dit Axel van Trotsenburg, Vice-Président, de la Banque mondiale pour le financement du développement. “L’approche innovante d’IFC a pour but de stimuler les investissements, même dans les environnements les plus difficiles, et de créer de nouveaux marchés en Afrique.”

La CRRH a réalisé de nombreux progrès au cours des dernières années. Elle a notamment facilité la signature de 5000 hypothèques depuis son lancement en 2012. Néanmoins, l’institution fait face à des difficultés liées à une combinaison de facteurs tels que le niveau insuffisant de développement du secteur de l’habitat ou encore la disponibilité de capital à long terme en monnaie locale.

Permettre à la CRRH de faire croître son portefeuille

Grâce à la présente transaction, IFC veut permettre à la CRRH de faire croitre son portefeuille pour atteindre un milliard de dollars d’ici à 2021, tout en étendant la courbe des rendements. Sans le mécanisme de financement en monnaie nationale offert par le Guichet IFC-MIGA de promotion du secteur privé, IFC ne disposerait pas de suffisamment de ressources en monnaie nationale pour acquérir les obligations émises par la CRRH. Ce mécanisme permet à IFC de financer des projets à fort impact, dans les pays ou les produits financiers en monnaie nationale sont peu développés ou inexistants.

Christian Agossa, directeur général de la CRRH-UEMOA, a déclaré : “Nous sommes convaincus que l’investissement historique d’IFC permettra d’attirer plus d’investisseurs locaux sur nos produits financiers à longue échéance, et éveillera l’intérêt des investisseurs internationaux pour les obligations émises par la CRRH-UEMOA.”

A propos d’IFC

IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, est la plus grande institution mondiale de développement dédiée au secteur privé au sein de pays émergents. En collaboration avec plus de 2 000 entreprises à travers le monde, nous utilisons notre capital, notre expertise et notre influence pour créer des opportunités et des marchés là où le besoin se fait le plus sentir. Au cours de l’exercice 2017, nos investissements à long terme dans les pays en développement ont atteint le montant record de 19,3 milliards de dollars, et ont permis d’engager le secteur privé dans l’éradication de l’extrême pauvreté et la promotion d’une prospérité partagée. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.ifc.org/french.  »

 

Leave A Response

*