Gambie: Yahya Jammeh ne reconnait plus sa défaite

Spot SERRO
Posted on by B_Demain

Le président gambien sortant Yahya Jammeh a annoncé, vendredi soir 9 décembre 2016,qu’il ne reconnaissait pas les résultats de l’élection du 1er décembre, une semaine après avoir reconnu sa défaite face à l’opposant Adama Barrow, dans une déclaration téléviséejameh
L’allocution de Yahya Jammeh a été diffusée à la télévision et la radio nationale vendredi soir 9 décembre. Son argument, l’élection a été truquée, notamment par la commission électorale. Voilà ce que dit celui qui a dirigé le pays durant 22 ans : « Autant j’ai accepté les résultats, car j’ai cru que la commission était indépendante et honnête, désormais je rejette les résultats en totalité. Laissez-moi répéter : je n’accepterai pas les résultats ».
Yahya Jammeh s’appuie sur un communiqué de la commission électorale, communiqué diffusé mardi matin dans lequel il est indiqué qu’il y a eu des erreurs dans la compilation des résultats, mais que ces erreurs ne changent rien aux résultats définitifs. L’écart entre Adama Barrow et Yahya Jammeh qui était de 60 000 voix est revu à la baisse et passe à 20 000 voix.
Yahya Jammeh vise directement le président de la commission Alieu Momar Njie, il l’accuse d’avoir truqué la compilation des résultats. L’ex-président ne souhaite visiblement pas un nouveau recomptage des voix (les candidats ont jusqu’au 12 décembre pour déposer leurs recours) puisqu’il a appelé à de nouvelles élections présidées « par des gens craignant Dieu ».
Ce revirement de Yahya Jammeh, cette allocution, a été diffusé quelques heures après la première déclaration d’Adama Barrow à la Nation, le président élu a appelé la réconciliation et au respect des droits de l’homme.
Après cette annonce télévisée de Yahya Jammeh, Adama Barrow a tweeté, affirmant que « l’annonce du président Jammeh ternit notre démocratie. Le peuple gambien a pris sa décision ». Il a déclaré que la coalition de l’ opposition se réunira ce jour et fera une conférence presse après cette rencontre.
Anderson Koné
Burkina Demain

Leave A Response

*