Bébéto Lonsili chez le CFOP pour présenter sa médaille du parlement canadien

Posted on by B-Demain

Bebeto Lonsili, homme de culture burkinabè et promoteur d’évènements résidant à Montréal au Canada, vient d’entamer la présentation, aux hautes autorités burkinabè, de sa médaille reçue du parlement canadien. Pour la première étape, il était ce 25 avril chez le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Zéphirin Diabré.

Le Burkina Faso a des fils qui font sa fierté au-delà de ses frontières. Parmi eux, il y a l’artiste-conteur et promoteur d’évènements Bébéto Lonsili, résident au Canada il y a plus d’une dizaine d’années. Les actions de ce vaillant représentant des pays des hommes intègres au Canada ne sont pas passées inaperçues aux yeux, du parlement canadien. Toutes choses qui lui ont valu d’être distingué et récompensé par l’Assemblée Nationale du Canada.

Cette distinction et cette fierté, pour l’artiste méritent d’être présentées aux hautes autorités du pays qui l’a vu naître à savoir le Burkina Faso. C’est donc tout le sens de cette visite de Bébéto Lonsili à l’institution Chef de file de l’opposition, qui n’est que la première étape d’une série d’audience.

‘’Rentrer au pays pour présenter la médaille’’

Accompagnée par sa délégation, Bébéto a indiqué l’objet de sa venue au siège du CFOP.  « Nous sommes venus présenter au chef de file de l’opposition dirigé par Zéphirin Diabré la médaille que l’Assemblée Nationale Canadien a décernée à ma structure et qui honore tout le Burkina Faso de par ma modeste personne ». c’est pourquoi dira l’artiste « j’ai estimé nécessaire de rentrer au pays et de la présenter aux autorités de notre pays ».

A la question de comprendre son choix de venir chez le chef de file de l’opposition politique, il répond avoir introduit des demandes d’audiences auprès de plusieurs institutions. « Le chef de file à été la première personne à accorder notre demande. C’est tout logiquement pour cela que nous avons commencé ici, rien de plus » martèle le médaillé. Il ajoute que la présentation se poursuivra auprès d’autres institutions telles que la présidence du Faso, le ministère de la culture, celui de la promotion de la femme, celui des affaires étrangères etc.

Cette médaille, explique l’artiste-conteur est décernée à une personne dont le mérite est reconnu par le parlement Canadien et la population. Cette distinction est « le résultat des actions et des 3 projets que je mène au Canada depuis 10 ans », précise le promoteur.

Faire profiter les projets aux compatriotes

En plus de la médaille Bébéto affirme avoir saisi l’occasion pour présenter également au CFOP le rapport 2018 de l’évènement ‘’hommage aux femmes’’ qui est en sa 7e édition cette année. C’est justement ce projet phare qui lui a valu la distinction. Ce projet « hommage aux femmes » célèbre et récompense l’action des femmes engagées dans l’entreprenariat féminin.

Selon Bebéto, la nouvelle vision c’est d’associer les compatriotes aux différents évènements au Canada. C’est dans cette perspective que « depuis 4 ans chaque année nous recevons une délégation du Burkina Faso qui participe à la soirée de récompense ». Cette année deux personnalités Burkinabè y ont pris part à savoir l’honorable Moussa Zerbo et madame Julie Congo de la présidence du Faso a affirmé le promoteur, avant d’ajouté que « l’année passée nous avions invité 12 personnes à Montréal venant du Burkina dont une lauréat ».

Actualité s’imposant le vote des Burkinabè de l’étranger s’est invité aux échanges. Pour Bébéto Lonsili, « voter c’est un devoir civique. Et nous serions heureux de prendre part au vote. Mais la décision finale appartient aux autorités ».

« Un signe de considération vis-à-vis de l’opposition »

Pour le Chef de file de l’opposition politique Zéphirin Diabré, cette visite est « un signe de considération vis-à-vis de l’opposition ». Après avoir félicité et rassuré l’artiste-conteur et promoteur du soutien du CFOP, il dira que « c’est le genre de comportement que nous apprécions dès lors qu’un Burkinabè va à l’extérieur,  nous souhaitons qu’il se signal par l’excellence et qu’il se distingue ».

Et cela n’est pas tout, à suivre Zéphirin qui a conclu que « lorsqu’il réussit là-bas, qu’il n’oublie pas la mère patrie et qu’il fasse que ce qu’il a appris puisse bénéficier à d’autres Burkinabè ».

Joachim Batao

Burkina Demain

 

Leave A Response