Teodoro Obiang au conseil de sécurité de l’ONU : Une rupture, selon le président de la CAE

Posted on by B-Demain

Le Vice-président de la Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mangué, était à la tribune de l’Organisation des Nations Unies le 17 mai 2018. Pour le président de la Coalition Afrique Engagée (CAE), Harouna Douamba, l’intervention du dauphin constitutionnel de la Guinée Equatoriale a été un message fort et décomplexé.

Le Vice-président de la Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mangué, a délivré un message fort au conseil de sécurité de l’ONU

Teodoro Obiang N. Mangué au conseil de sécurité de l’ONU  

Le président de la Coalition Afrique Engagée salue une marque de rupture

Pour Harouna Douamba qui dirige une coalition d’organisations de la société civile africaines pour la défense des droits des Africains, le discours du Vice-président équato-guinéen,  Teodoro Obiang Nguema Mangué à la tribune de l’Organisation des Nations Unies (ONU) est empreint  de paroles «fortes et engagées».

Selon lui, ce discours du Vice-président de la Guinée Equatoriale lors du débat du Conseil de sécurité de l’ONU marque la rupture avec l’Afrique qui subit et qui courbe l’échine devant le ‘’colonisateur’’.

Bien que malmené par la France avec des procès de biens mal acquis, le Vice-président de la Guinée Equatoriale ne semble pas ébranlé outre mesure par les dissuasions juridiques qu’il subirait, à en croire Harouna Douamba.

C’est pourquoi, il en a profité à travers une déclaration dont nous avons reçu copie, pour féliciter Teodoro Obiang Nguema Mangué pour son «courage politique» et son sens de l’affranchissement.

«Le Vice-président de la Guinée Equatoriale a mené un débat panafricaniste qui rappelle de grandes figures du continent africain telles que Nelson Mandela, Thomas Sankara et Pascal Lumumba. En s’inscrivant dans cette lignée, Teodoro Obiang Nguema Mangué prouve qu’il n’est à la solde de personne et que son peuple peut compter sur lui car la souveraineté de son pays ne saurait être bradée pour rien au monde.

Faire remarquer que le renforcement de l’Etat de droit de la consolidation du développement durable, des droits de l’homme et de la paix et que les conflits à long terme en République Démocratique du Congo, au Soudan du sud, en Libye, en Somalie et ailleurs, ont souvent conduit à des famines et à des déplacements forcés, qui doivent être traités en vertu du droit international, est une preuve d’audace», a déclaré le président de la Coalition Afrique Engagée (C.A.E).

Il a également souligné la nécessité d’une garantie du respect des principes du maintien de la paix. Le Vice-président chargé de la défense et de la sécurité a aussi indiqué que l’organisation des Nations Unies devrait soutenir les efforts de l’Union africaine dans le maintien de la paix, afin d’optimiser l’action commune. Il a ensuite évoqué la nécessité d’aboutir à des solutions pacifiques, dans tout conflit. Pour clore son propos, le Vice-président équato-guinéen a dénoncé la «féroce campagne médiatique avec l’utilisation de fausses nouvelles» contre son pays. A la tête d’une délégation qui l’accompagnait, Teodoro Obiang Nguema Mangué a fait sensation à en croire les dires du président de la Coalition Afrique Engagée.

Samba Diarra

Afrique Engagée Infos

Enregistrer

Leave A Response

*