Bolga – Ouaga : Le courant passe maintenant !

Posted on by B-Demain

Après une longue attente de plus d’une décennie, et même plus, le projet de l’interconnexion électrique Bolgatanga – Ouagadougou est aujourd’hui une réalité. Les présidents burkinabè et ghanéen, Roch Marc Christian Kaboré et Nana Ado Dankwa Akufo-Addo, qui en avaient fait un des axes emblématiques de la coopération bilatérale entre leurs deux pays, ont officiellement inauguré l’infrastructure qui permettra au Burkina Faso à terme d’importer 100 MW du Ghana voisin.

Les officiels procédant le 5 octobre 2018 à l’inauguration de l’interconnexion

La ligne d’interconnexion électrique Bolgatanga – Ouagadougou était fonctionnelle depuis juin 2018. Longue de 188 km, elle a été officiellement inaugurée ce vendredi par les présidents burkinabè et ghanéen, Roch Marc Christian Kaboré et Nana Ado Dankwa Akufo-Addo. Les 2 chefs d’Etat avaient fait de l’aboutissement de ce vieux projet d’envergure sous- régional une des priorités de leurs gouvernements. En effet, le  projet a souvent  figuré au menu des échanges des deux présidents au cours de leurs rencontres. Que ce soit à Ouagadougou ou à Accra. Et de part et d’autre, c’était les sentiments de satisfaction, de  fierté et d’espoir d’un lendemain meilleur dans la coopération bilatérale, notamment énergétique qui  prévalaient  à la cérémonie d’inauguration intervenue ce vendredi  5 octobre 2018 sur le site du poste de Zagtouli, en présence des président Roch Marc Christian Kaboré et Nana Ado Dankwa Akufo-Addo. «Inauguration de l’interconnexion Bolgatanga – Ouagadougou, Symbole d’une coopération dynamique et fructueuse entre deux pays frères», pouvait-on lire sur une banderole.

Tous saluent l’avènement de Bolgatanga – Ouagadougou

Le ministre burkinabè de l’énergie Dr Bachir Ismael Ouédraogo

L’avènement de la ligne d’interconnexion 225 Kv a été salué à sa juste valeur par les différents intervenants. A commencer par le ministre burkinabè de l’énergie Dr Bachir Ismael Ouédraogo et son homologue ghanéen John Peter Amewu.

«Dès la phase de mise en service actuelle, l’interconnexion électrique 225 Kv Bolgatanga-Ouagadougou, montre son importance pour le Burkina Faso qui va œuvrer, ensemble avec le Ghana et le WAPP, à ce qu’elle atteigne rapidement sa pleine capacité conditionnée par la fin bientôt du renforcement du réseau du Ghana », assure le ministre Ouédraogo.

Le ministre ghanéen de l’énergie John Peter Amewu

Son homologue, John Peter Amewu s’est lui aussi montré confiant quant à la conduite à pont port du projet, soulignant les ressources énergétiques dont dispose son pays pour jouer pleinement son rôle en matière de coopération énergétique, dans le cadre notamment de la mise en place du marché régional d’électricité. La puissance installée du Ghana dépasse aujourd’hui 4 000 MW.

Cheick F. Kanté, représentant résident de la Banque mondiale au Burkina

Avant les ministres burkinabè et ghanéen de l’énergie, c’est le directeur général de la SONABEL François de Salle Ouédraogo et le représentant résident de la Banque mondiale au Burkina Cheick Kanté en sa qualité de représentant des partenaires techniques et financiers  qui se sont succédé à la tribune pour saluer aussi  l’aboutissement du projet d’interconnexion et souligner ses avantages pour la SONABEL et le Burkina Faso.

55,6 milliards de francs CFA,  25 localités électrifiées

Le directeur général de la SONABEL, François de Salle Ouédraogo

Ce projet classé prioritaire par le WAPP, présente plusieurs avantages pour le Burkina. L’électrification de 25 localités le long de la ligne au Burkina pour raccorder 3 456 clients potentiels. L’augmentation de l’offre de l’électricité : cette interconnexion permettra au pays  d’importer du Ghana, une énergie électrique de 640 Gigawatts par an.

D’un coût global de 55,6 milliards de francs CFA, le projet a été financé par la Banque  mondiale à hauteur de 21 milliards de francs CFA ; par la Banque européenne d’investissement (BEI), pour un montant de 15,3 milliards de francs CFA ; par l’Agence française de développement (AFD) pour un montant de 16,3 milliards de francs CFA ; ainsi que par la SONABEL à hauteur de 1,7 milliard de francs CFA et par GRIDco, société publique de transport d’électricité du Ghana,  pour un montant de 1,3 milliards de francs CFA.

Grégoire B. Bazié

Burkina Demain

Leave A Response