Hausse des prix du carburant : les Burkinabé crient leur colère dans les rues

Posted on by B-Demain

La Coalition nationale de lutte contre la vie chère (CCVC), a procédé ce jeudi 29 novembre 2018 sur toute l’étendue de territoire national, à une journée de protestation contre l’augmentation du prix des hydrocarbures.

Particulièrement dans la capitale burkinabè,Ouagadougou, la CCVC, soutenue par l’opposition et plus d’une vingtaine de syndicats ainsi qu’une partie de la population,  a marché, dans la matinée de ce jeudi 29 novembre 2018, dans les rues de Ouagadougou pour exprimer son mécontentement vis-à-vis du gouvernement.

La mobilisation a été au rendez-vous

À en entendre Chrisogone Zougmoré, 1er vice-président de la CCVC, c’est avec stupéfaction, doublée d’un sentiment d’indignation que la coalition a appris la décision prise par le gouvernement, le jeudi 8 novembre 2018 dernier, d’augmenter de 75 francs CFA les prix de litre de « super » et de « gasoil » à partir du 9 novembre 2018 passé.

Il continue en indiquant que c’est une mesure brusque, injustifiée et injustifiable, prise dans contexte extrêmement difficile pour la très grande majorité des populations des villes et campagnes, qui ploient déjà sous le poids de la vie chère et la misère.

C’est une mesure, a-t-il ajouté, inique, cynique, cruelle et criminelle donc, prise sans état d’âme, par un gouvernement exécutant au quart de tour les injonctions du FMI et de la Banque mondiale, mais sourd et muet, face aux cris de détresse des Burkinabè et aux appels incessants à effectuer des audits indépendants de certaines sociétés d’État dont la SONABHY, qui semble constituer une caverne d’Ali baba pour les différents régime se succédant au pouvoir.

«Il préfère assommer les Burkinabè »

Selon Chrisogone, le gouvernement préfère assommer les Burkinabè par une multitude de taxes et d’impôts, alors que de grosses entreprises privées notamment les compagnies d’exploitation minières pillent nos richesses et bénéficient en plus de largesses fiscales scandaleuses, injustifiées.

«Le gouvernement appelle nos populations à peine à un effort de guerre, pendant qu’il effectue des dépenses de luxe en achat de véhicules et que l’on fabrique à tour de bras des institutions inutiles et budgétivores pour placer des copains et des courtisans, a-t-il révélé. Or, celui-ci oublie que notre peuple est déjà en guerre contre la faim, le chômage, l’impunité, la corruption, etc. »

Donc pour lui, un effort de guerre serait de réduire les salaires des ministres (payés à coût de millions), annuler les privilèges (eau, électricité, véhicules de luxe, etc.) dont bénéficient ses membres et enfin prendre toutes les mesures pour faciliter l’arrestation et le jugement de tous les pilleurs de derniers publics et autres voleurs de la République.

«Le pouvoir, c’est nous! …Trop, c’est trop»

A écouter  M. Zougmoré, certains membres du gouvernement, insolents et irrespectueux par leurs attitudes et propos, méprisent et insultent le bas-peuple, parce qu’ils sont aujourd’hui au pouvoir. « Mais, qu’ils fassent attention et se ressaisissent car, en réalité, le pouvoir, c’est le peuple!  Le pouvoir, c’est nous ! Et nous l’avons démontré, il y a 4 ans, les 30 et 31 octobre 2014».

« Trop, c’est trop! », a-t-il crié son ras-le-bol. «Nous disons non à cette augmentation des prix des hydrocarbures qui, immanquablement, aura des conséquences terriblement dommageables sur nos populations et surtout sur les couches les plus vulnérables ».

Il va falloir que le gouvernement revoit le prix du carburant sinon, nous dormirons à la bourse du travail, a martelé Karim Compaoré, un manifestant.

Une gouvernance vertueuse

«Nos gouvernants ont le droit d’avoir une gouvernance vertueuse », prévient un membre de l’opposition.

«Nous rappelons à nos autorités actuelles que la Haute Volta aujourd’hui Burkina Faso, a connu des mouvements syndicaux et qu’ils sachent que leurs devanciers qui ont osé croiser ces syndicats, sont partis différemment les queues entre les jambes, a précisé Bassolma Bazié, secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGT-B).

Réquisition de la gendarmerie

Il va continuer en soulignant que c’est un mot d’ordre de grève d’avertissement. Nous avons malicieusement vue à travers les réseaux sociaux, affirme-t-il, des responsables qui estiment qu’ils ont assez bu, qu’ils ont assez mangé, de sorte à faire sortir des notes réquisitionnant  la gendarmerie pour nous intimider.

A leur endroit, soutient-il, nous disons donc qu’ils soient gendarmes, policiers ou militaires, ce sont des frères Burkinabè. Du reste, avec  leurs engins, ils ne circulent pas avec de l’eau plate, c’est avec du carburant.

Plate-forme revendicative remise  au ministre du commerce

Sur la plateforme revendicative  remise au ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, figurent  7 points. Les responsables syndicaux souhaitent que cette plate parvienne au Premier ministre et qu’elle fasse l’objet d’une attention particulière et surtout d’un examen diligent et sérieux. Et le ministre  Harouna Kaboré, ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat de répondre : «je vous rassure que je la transmettrai à main propre au premier ministre».

«Restons débout, camarades, car si nous nous couchons, nous sommes morts », a conclu Chrisogone Zougmoré.

Les 7 points de la plate-forme

La plate-forme revendicative remise  au ministre du commerce, comporte les points suivants:

1- Retour aux prix des hydrocarbures d’avant la décision gouvernementale d’augmentation du 8 novembre 2018 ;

2- Relecture de la structure des prix des hydrocarbures, conformément aux conclusions de l’atelier du comité interministériel de détermination des prix des hydrocarbures, tenu à Bobo en juillet 2009;

3- Audit indépendant de la SONABHY et de la SONABEL, impliquant les structures de lutte contre la corruption ;

4- Identification et saisie des biens et fonds détournés par les dignitaires du régime de Blaise Compaoré et prise sans délai des mesures nécessaires, en vue de recouvrer l’ensemble des fonds dissimulés à l’intérieur et/ou à l’extérieur du territoire national ;

5- Recouvrement effectif et exhaustif des créances de l’État, dues par tout dignitaire (ministres, députés, directeurs, directeurs généraux, etc.) et par des opérateurs économiques ;

6- Audit du secteur minier et relecture, au bénéfice de la nation, des conventions passées avec les sociétés d’exploitation minière ;

7- Arrêt des atteintes aux libertés démocratiques et syndicales.

Jean Konombo

Burkina Demain

Leave A Response