Assassinat de Norbert Zongo : le Balai citoyen souffle la 20e bougie

Posted on by B-Demain

Le mouvement le Balai citoyen a, dans le cadre de la commémoration des 20 ans de l’assassinat de journaliste d’investigation  Norbert Zongo, organisé un pannel ce jeudi 13 décembre 2018 à Ouagadougou, sous le thème : « Lutte contre l’incivisme au sommet de l’Etat : Norbert Zongo, un exemple de combat d’hier à aujourd’hui ». Les panelistes du jour étaient entre autres le Pr Mahamadé  Savadogo, le Pr Etienne Traoré respectivement professeurs de philosophie  à l’Université Ouaga I professeur Joseph Ki Zerbo et le journaliste d’investigation Yacouba Ladji Bama du journal « Le reporteur ».

C’est au centre cardinal Paul Zoungrana sis au quartier 1200 logements de Ouagadougou que le Balai citoyen a tenu le panel dans la soirée de ce jeudi 13 décembre 2018.

La corruption : c’est ce mot utilisé comme un exemple d’incivisme constaté au plus haut niveau de l’Etat burkinabè qui était au cœur des débats avec les panélistes. Il faut dire que c’est un phénomène  ‘’mortel’’ qui prend de plus en plus de l’ampleur de nos jours au Burkina Faso. C’est pourquoi le Professeur agrégé de philosophie  Etienne Traoré la qualifie d’un phénomène nouveau et généralisé.

Car  pour lui, avant, la corruption se faisait entre le chef et sa famille, or maintenant tous les ministres peuvent le faire et ne craignent rien.

L’incivisme de la classe dirigeante

Le Professeur Mahamadi Savadogo a déploré le comportement des dirigeants vis-à-vis de la gestion des biens de l’Etat. Il a par exemple relevé la mauvaise gestion des impôts, des frais de douanes et surtout la fuite des capitaux. Des richesses collectives gérées illicitement en vase-clos par une minorité de personnes. Et Etienne Traoré de réagir en indiquant que l’enrichissement illicite de soi passe par l’enrichissement illicite d’autrui. Pourtant, un tel agissement est contre la loi, a-t-il renchéri.

Autre point abordé par  Mahamadé Savadogo, c’est la tricherie dans les grands concours de L’Etat. Lorsqu’on lance un concours, des individus retenus par amitié, parenté ou par autorité ont, bien avant le test proprement dit, leurs noms sur la liste, a-t-il confié.

Impossible rupture avec le MPP

Le MPP  est aujourd’hui le CDP incarné, laissera entendre Yacouba Ladji Bama, journaliste  au journal « Le Reporter ».

Puisque pour lui, du temps du CDP, il y avait des pillages mais des pillages respectueux. Ce qui est totalement le contraire des pillages du MPP. Par conséquent, depuis son arrivée au pouvoir, il y a eu des changements mais dans le mauvais sens.

L’annulation des poursuites contre le président de l’assemblée nationale ivoirienne, Soro Guillaume  est aussi citée par Ladji Bama comme un acte d’incivisme par nos gouvernants.

Cet incivisme a pour effet de susciter des injustices sociales, des frustrations, voire des manifestations  contre des attitudes pareilles, a conclu le Pr Mahamadé Savadogo.                                                                                                                                       

Nicolas Bazié

Burkina Demain

About the Author

Leave A Response