Nouvel an 2019 : Le message de l’UNIR/PS

Posted on by B-Demain

Ceci est un message de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS) à l’occasion du nouvel an 2019.

«Déclaration de l’UNIR/PS à l’occasion de la nouvelle année 2019

Camarades militantes et militants de l’UNIR/PS, sympathisantes et sympathisants de l’idéal sankariste, peuple du Burkina Faso,

A la veille de la nouvelle année 2019, conformément à la tradition, je voudrais une fois de plus, dans un souci de redevabilité,  jeter avec vous un regard rétrospectif sur l’année 2018 qui s’achève.

Peuple du Burkina Faso,

L’année 2018 a été difficile pour le peuple burkinabé. Difficile, pour plusieurs raisons.

En effet, l’année 2018, sur le plan politique a été principalement marquée par les attaques terroristes qui ont endeuillé de nombreuses familles et au sein de nos forces de défenses et de sécurité.

C’est pourquoi, l’UNIR/PS,  salut  l’état d’urgence, décrété par le Président Faso dans les régions de l’Est, du Sahel, et dans les provinces de la Kossi, du Sourou, du Koulpélogo, du Kénédougou et du Lorum.

Mieux, au regard de la recrudescence tous azimuts des attaques, l’UNIR/PS estime qu’il y a lieu d’étendre l’état d’urgence sur toute l’étendue du territoire national afin de pouvoir utiliser tous les moyens nécessaires pour barrer la route aux terroristes.

Par ailleurs, l’UNIR/PS encourage le gouvernement à renforcer les moyens humains, financiers et matériels de nos forces de défense et de sécurité afin qu’elles puissent mieux jouer leur rôle de défense du territoire et de protection de nos populations et de leurs biens.

Enfin, au nom du Secrétariat Exécutif National (SEN), je présente mes condoléances aux familles éplorées  des victimes des attaques terroristes et souhaite prompt rétablissement aux blessés et aux malades.

2018 aura été également marqué par les actualités des groupes d’autodéfense Kolgwéogo. En tant que parti avant-gardiste et considérant les multiples remous et affrontements entre Kolgwéogo et Dozos, l’affrontement entre Kolgweogo et bouchers de Arbr-yaar à Ouagadougou et les nombreuses bavures, l’UNIR/PS interpelle  le gouvernement à se pencher sereinement sur cette question fragile.

La résolution de cette équation permettra à notre patrie  de ne pas sombrer  tôt ou  tard dans une impasse imparable à l’exemple dramatique des groupes d’autodéfense de la Centrafrique (Balaka et antibalaka), du Nord-Kivu en RD Congo, du Mali (les dogons…), pour ne citer que ces trois pays. La liste est pourtant longue et malheureusement sombre.

En  2018 encore, l’administration publique a  été marquée par la fronde sociale observée dans divers secteurs, ralentissant les processus de la relance économique engagée. Tout en comprenant les aspirations légitimes des travailleurs à un mieux-être, l’UNIR/PS invite le gouvernement et les acteurs concernés à des débats francs pour une paix sociale durable, gage de la relance économique et sociale.

Camarades militantes et militants

Au niveau de notre parti, convaincus que la formation des militants est la ritournelle de tout parti politique sérieux, nous avons  mis l’accent en 2018 sur la formation politique et idéologique de nos militants.

A cet effet, plus de 500 militants composés essentiellement de jeunes et de femmes ont bénéficié de plusieurs formations sur des modules divers et variés en politique. Ces cadres de renforcement de capacités ont été organisés tant par le parti que ses partenaires que sont entre autres : national democratic institut (NDI), Konrad Adenauer, Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD), l’institut Danois pour les partis et la démocratie (IPDPD), Kas Media, et vise à une culture politique, socle de paix, de tolérance et d’engagement conscient et conséquent en politique des militants.

Aussi, une vingtaine de personnes ont été  également formés en Afrique du Sud  et au Ghana par la fondation Kwame Nkrumah school.

Fidèle à la philosophie de parti politique digne de ce nom, l’UNIR/PS a  tenu toutes ses instances statutaires à savoir le Bureau Politique National (BPN) et la Conférence des cadres, respectivement le 3 février et le 11 août 2018. Parti des masses, l’UNIR/PS a animé la vie politique à travers diverses activités qu’elle a organisées, des conférences publiques, des déclarations et des sessions de formation au profit de ses militants à travers les hameaux de cultures, villages et villes, pour porter son message et toucher du doigt les réalités quotidiennes de notre peuple.

Dans le cadre  de l’Alliance pour la Majorité Présidentielle (APMP), l’UNIR/PS contribue fortement à la stabilité institutionnelle dans notre pays. Elle apporte également sa contribution dans tous les domaines de la gouvernance pour le progrès économique et social de chaque burkinabé.

Chers compatriotes, militants, sympathisants, Peuple du Burkina Faso

Le passage d’une année à une autre est un moment particulier que chacun de nous envisage, toujours, avec joie et espoir.

Cependant, comme nous le savons, tout le monde n’a pas la chance de participer à cette réjouissance générale. Il y a malheureusement des gens  qui, pour diverses raisons, en sont, hélas, privées.

Il s’agit ici, primo, des vaillants officiers et des braves soldats de nos forces de défense et de sécurité dont je salue l’esprit de mission, d’abnégation et de sacrifice qu’ils consentent au quotidien pour assurer notre sécurité et notre quiétude collectives.

Secundo, il s’agit de ceux qui, au nom de l’intérêt général, sont astreintes dans les hôpitaux, les entreprises et les administrations, les organes de presse, retenus par leur travail qui ne connaît ni jour férié, ni jour de fête. A vous, je réitère  ma totale considération.

En ces premières heures de l’année 2019, j’exprime ma solidarité et compassion à tous ceux éprouvés : de deuil, du poids de la maladie, de l’isolement,  de l’injustice, d’abandon et de  la solitude.

Enfin, je souhaite à tous une bonne et heureuse année marquée par la sécurité, la paix, la justice et un bien-être individuel et collectif.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !

Avec le Peuple, victoire ! »

Le secrétaire national chargé de l’Information et de la presse

Issaka OUEDRAOGO

About the Author

Leave A Response