Les 5 grandes tendances d’opportunités dans le secteur énergétique africain

Posted on by Grégoire Philippe Bazié

Les 5 grandes tendances d’opportunités dans le secteur énergétique africain seront largement abordées ce mois de février au prochain salon d’Indaba à Johannesbourg en Afrique du Sud ; Indaba qui se veut ‘’un événement africain sur l’énergie pour les Africains et par les Africains’’.

Salon d’Indaba, ’Un événement africain sur l’énergie pour les Africains et par les Africains’

Les secteurs électrique et énergétique de l’Afrique sont des catalyseurs de sa croissance et de son développement. Pour réaliser son plein potentiel, le continent doit répondre aux besoins énergétiques de ses citoyens. Pour ce faire, les entreprises et les producteurs doivent se tenir au courant des avancées du paysage énergétique. À cette fin, plusieurs développements influencent les domaines économique et socio-économique de l’Afrique.

  1. Des investissements plus importants dans les technologies à faibles émissions de carbone et dans l’énergie durable rendent les centrales au charbon de plus en plus difficiles à financer.

Le monde accélère vers des énergies plus propres et plus renouvelables avec une conscience environnementale croissante. Cela a ensuite amené davantage de pays à investir dans les technologies à faible émission de carbone, un changement qui s’est accentué à la suite de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP 21 de 2015. À la lumière de cela, l’attractivité des projets de charbon a diminué dans le monde entier. À mesure que les énergies renouvelables et les technologies à faibles émissions de carbone deviendront la norme, le financement des projets charbonniers deviendra de plus en plus difficile

  1. L’inclination croissante pour les énergies renouvelables dans les marchés en développement

Une délégation d’officiels burkinabè sur le site de la centrale solaire de Zagtouli (33 MWc) au Burkina Faso

Des pays tels que le Maroc et le Sénégal soutiennent de plus en plus l’abandon du charbon vers des sources d’énergie plus durables pour alimenter les centrales électriques. La baisse des coûts des technologies des énergies renouvelables dans l’énergie solaire et éolienne les a rendues compétitives, augmentant ainsi leur utilisation. De même, la révolution du gaz de schiste aux États-Unis a entraîné la baisse des coûts du gaz, rendant les centrales au gaz nettement plus compétitives que les solutions au charbon épuré.

L’Afrique dispose d’un vaste accès aux ressources naturelles telles que l’énergie solaire et éolienne. En fait, l’Afrique reçoit plus de deux fois et demi ce que fait l’Allemagne, en tant que leader mondial des énergies renouvelables solaires. Cela en soi montre l’énorme potentiel de l’Afrique pour avoir accès à ces ressources renouvelables.

L’accessibilité des sources d’énergie renouvelables de l’Afrique rend donc les solutions renouvelables rentables. Cette très dynamique réformera le paysage énergétique en Afrique. Alors que le continent avait déjà pris du retard sur les pays développés dans l’adoption des énergies renouvelables, ce scénario changera à mesure que l’intérêt de l’Afrique pour les énergies renouvelables s’intensifiera.

  1. Le stockage de la batterie gagne du terrain

Au cours des cinq dernières années, des entreprises internationales telles que Tesla, Samsung, Total et BYD ont fortement investi dans le stockage de batteries. Des investissements supplémentaires devraient être consentis dans la recherche et le développement, en particulier lorsqu’ils sont associés à des centrales photovoltaïques solaires. stockage d’Energie. De plus, la diminution des coûts associés au stockage sur batterie stimulera encore les investissements dans le domaine du stockage sur batterie.

  1. Développement de solutions de production décentralisée

La mise en œuvre de solutions de production décentralisée permettra à des millions de personnes sur tout le continent de ne pas avoir accès à de l’énergie. La production décentralisée implique l’établissement de centrales plus petites dans des centres de charge particuliers, par opposition aux services publics plus importants qui sont tenus de transmettre de l’énergie sur de grandes distances. Selon Christoph Frei, secrétaire général du Conseil mondial de l’énergie, «un approvisionnement décentralisé ajoutera beaucoup de valeur à la situation de l’offre. Cela ne signifie toutefois pas que nous nous débarrassons des services publics centraux d’approvisionnement, mais que de nombreuses stations d’approvisionnement complémentaires arrivent au niveau local. ”

La production décentralisée minimise également les pertes de transmission et permettra le transport de l’énergie là où elle est nécessaire. Les entreprises et les pays qui s’engagent dans la décentralisation des énergies renouvelables et qui y investissent s’ouvrent des possibilités considérables.

  1. L’évolution progressive vers des réseaux intégrés

Les réseaux intégrés impliquent que les pays évacuent l’électricité d’un pays excédentaire à un pays déficitaire. «L’intégration régionale est essentielle pour garantir que les ressources proviennent des endroits où elles sont les plus abordables, où elles sont nécessaires», a expliqué le Dr Frei. En Afrique, toutefois, cela s’avère plus difficile dans la pratique, car le continent est divisé en plusieurs pools énergétiques distincts, à savoir les pools énergétiques du nord, du sud, de l’est, de l’ouest et du centre, avec une intégration minimale entre eux. Les projets de transmission requis pour relier les réseaux sont un exercice coûteux et, par conséquent, l’Afrique tarde actuellement à s’acquitter de cette tâche. En outre, la croissance dans ce domaine peut prendre une décennie ou plus pour se développer. Toutefois, les projets de transmission constituant le fondement de la production d’électricité, il est essentiel d’investir dans ce domaine et de prendre des initiatives dans ce sens.

Le climat politique et économique en Afrique s’est amélioré au cours des 20 dernières années, faisant du continent une destination d’investissement viable pour les parties prenantes internationales. Abondant en ressources naturelles pour la production d’électricité (énormes quantités d’énergie solaire, hydroélectrique, éolienne et gazière, entre autres), le domaine de l’énergie en Afrique connaît actuellement une transition positive.

Les tendances susmentionnées seront exposées en détail à Africa Energy Indaba en février 2019, où les chefs de file de l’industrie convergeront pour discuter des développements dans le secteur, capitalisant sur les opportunités tout en atténuant les menaces associées. Parmi les principaux intervenants à l’Indaba figureront: Sean Cleary: Concepts stratégiques, Dr Christoph Frei: Conseil mondial de l’énergie, H.E. Dr Matar Al Neyadi: Ministère de l’énergie des Émirats arabes unis, H.E. Ministre Jeff Radebe: ministère de l’Énergie, Afrique du Sud, M. Ibrahim Mayaki: agence du NEPAD, Amandou Hott: groupe de la Banque africaine de développement et de nombreux autres sommaires de l’énergie. Ayant établi le précédent des événements dans le secteur de l’énergie, cette indaba ne doit pas être manquée par quiconque ayant un intérêt direct dans le secteur de l’énergie en Afrique.

Johannesburg, 4 février 2019

Leave A Response