« L’avenir des enfants ne saurait être sacrifié », dixit Christophe Dabiré

Posted on by Grégoire Philippe Bazié

Le 18 février dernier, à l’hémicycle, le Premier ministre Marie Joseph Christophe Dabiré, avait annoncé qu’il mettra en place, une stratégie de scolarisation des élèves des zones à forts défis sécuritaires au Burkina Faso. Ce 21 février, soit trois jours après, un atelier a été organisé par le Ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN), pour la validation de ladite stratégie. A cet atelier, outre le chef du gouvernement himself, étaient présents quelques enseignants, des autorités régionales, des membres du gouvernement, des partenaires techniques et financiers comme l’UNICE. Un seul objectif : quel plan d’action mettre en place pour sauver l’avenir de ces élèves en question.

La fermeture de nombreux établissements scolaires, dans notre pays, affirme Christophe Dabiré, est consécutive aux attaques terroristes que connait le pays depuis 2016. Et selon lui, cela a pour conséquence la privation de bon nombre d’élèves de l’un de leurs droits les plus fondamentaux : celui de l’éducation.

Or, c’est à travers l’école que l’on inculque à la jeunesse, les valeurs de paix, du vivre ensemble, du travail et du civisme. Alors, s’attaquer à l’institution scolaire, socle de la nation, berceau dans lequel on forge l’avenir même du pays, les forces du mal, dira le Premier ministre Dabiré, ont le macabre dessein de recouvrir le Burkina Faso du voile de l’obscurantisme.

Cette importante stratégie de scolarisation constitue une amorce pour la reprise totale de la scolarisation sur toute l’étendue du territoire, a-t-il ajouté. Car pour lui, l’avenir des enfants ne saurait être sacrifié, quelle que soit l’adversité.

A en croire Anne Vincent, cheffe de file des partenaires techniques et financiers par ailleurs représentante de l’UNICEF au Burkina, « nous souhaitons qu’à la fin de cet atelier, nous puissions trouver des solutions pour aider ces élèves».

Nicolas Bazié

Burkina Demain

About the Author

Leave A Response