Plan d’urgence pour le Sahel : 51,93% de taux de réalisation

Posted on by Grégoire Philippe Bazié

Le Premier ministre Christophe Marie Joseph Dabirè a présidé ce vendredi 15 mars dans la salle de réunion du Premier Ministère, la première session 2019 du Conseil d’orientation stratégique (COS) du Plan d’urgence pour le Sahel (PUS-BF). Cette session a permis aux membres du Conseil de délibérer sur les points inscrits à son ordre du jour. Parmi ces points, figurent, l’état d’exécution du Programme en 2018, l’examen de la stratégie d’extension du PUS-BF et le Plan de travail annuel 2019.

A l’ouverture de la session ce vendredi matin à la primature

Le Burkina Faso fait face à une crise sécuritaire et humanitaire inédite du fait de la recrudescence des attaques terroristes dans une majeure partie du pays. Face à cette augmentation importante des besoins humanitaires et l’extension de fragilité sécuritaire dans d’autres régions du Burkina Faso, le Conseil d’orientation stratégique du Plan d’urgence pour le Sahel a au cours de sa première session 2019 adopté la résolution inscrite à son ordre du jour concernant la stratégie d’extension du PUS-BF aux nouvelles zones de fragilité. Présidé par le Premier ministre Christophe Marie Joseph Dabirè, le Conseil d’orientation stratégique du PUS-BF doit maintenant soumettre sa résolution au Conseil des ministres par la voix du Ministre en charge de l’économie pour l’adoption finale en vue de son opérationnalisation.

Le PM Christophe Dabiré a félicité les acteurs pour les résultats

«J’ai noté avec satisfaction que malgré un contexte difficile, nous avons atteint 51,93% de taux de réalisation physique des activités. Je tiens à féliciter l’ensemble des acteurs grâce à qui ces résultats ont été atteints. Je les encourage à maintenir le cap pour les défis futurs car notre ambition est d’élargir les actions à d’autres zones de vulnérabilité afin de répondre aux ambitions du Chef de l’Etat d’allier développement et sécurité pour soulager les souffrances de nos populations», a indiqué Christophe Dabiré.

Des nouvelles régions menacées

Selon Mme Pauline Zouré, Ministre déléguée chargée de l’aménagement du territoire, l’extension du Programme d’urgence pour le Sahel (Ndrl Programme initial) est le résultat de la prise en compte des orientations du gouvernement sur les besoins sécuritaires et socio-économiques des populations des nouvelles régions menacées par l’insécurité du faite des attaques terroristes.

La nouvelle zone de couverture du PUS-BF intègrera, outre la région du Sahel et les quatre (4) communes de la région du Nord concernées par le PUS initial, les différentes régions affectées par l’extrémisme violent et la montée des préoccupations sécuritaires et humanitaires. Ce sont les communes a fortes fragilités des régions du Nord, de la Boucle du Mouhoun, de l’Est, du Centre-Est et du Centre-Nord. L’enveloppe globale pour ces nouvelles zones est fixée à 100 milliards de F CFA par an sur la période 2019-2021.

«Impact du programme encourageant»

Pour le gouverneur de la région du Sahel, le Colonel major  Peguy Hyacinthe Yoda, (la région du Sahel est couverte par le PUS-BF initial Ndrl), malgré les contraintes financières actuelles, l’impact du Programme sur le terrain est encourageant et ses réalisations ont permis d’améliorer la situation humanitaire dans cette région en proie quotidiennement à des attaques terroristes et des conflits intercommunautaires.

Parmi les autres points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a adopté le Rapport annuel 2018 et le Plan de travail annuel 2019 du PUS-BF dont le cout s’élève à 147,360 milliards de F CFA. Par la même occasion, le Conseil invite tous les acteurs concernés (les Ministères, les Collectivités territoriales, les OSC et ONG/Associations et les Partenaires techniques et financiers) à ne ménager aucun effort pour une mise en œuvre réussie et efficace de ce Programme.

Ousmane Bichara Tichero

Burkina Demain

About the Author

Leave A Response