Insécurité à Ouaga : 4 présumés braqueurs aux arrêts

Posted on by Grégoire Philippe Bazié

Le grand banditisme et surtout les braquages dans la ville de Ouagadougou et d’ailleurs, sont de plus en plus récurrents. Ce 28 mars 2019, le commissariat de Wemtenga, à Ouagadougou, a présenté quatre individus menottés,  membres d’un  réseau de malfrats démantelé.

Les présumés braqueurs présentés à la presse

Pour le commissaire de police, Sayidou Galbané, chef du service régional de la police judiciaire de la ville de Ouagadougou, une investigation a permis de mettre la main sur quatre présumés voleurs, appartenant à un réseau de bandits de grand chemin. Ce réseau, selon son propos, est spécialisé dans les vols à mains armées dans les domiciles, les boutiques d’orange money et de vente de marchandises diverses, les stations-services et sur les sites aurifères.

Les conférenciers face à la presse

A en croire le commissaire Galbané, ces individus méchants et cruels «se déplacent souvent à bord de véhicules ou de vélomoteurs, armés de Kalachnikov et de pistolets automatiques, et sont cagoulés. Ils ciblent les domiciles et les boutiques où ils font irruption, tiennent en respect les occupants, procèdent aux fouilles et s’emparent de tous numéraires, d’objets précieux et des téléphones portables. »

Ce qui est saignant dans le mode opératoire de ces criminels, c’est qu’ils ne tardent pas à faire usage de leurs armes à feu lorsque le degré de résistance de leur victime est considérable. « Ils t’abattent sans état d’âme », affirme le commissaire. Ce groupe de malfrats, faut-il le dire, opère dans la ville de Ouagadougou,  dans les autres villes du Burkina, voire l’extérieur comme la Côte d’Ivoire. Mais, combien de personnes ont-ils pu tuer ? « Dieu seul sait combien de personnes ont perdu la vie à cause de ces malfrats », note Galbané.

Malgré que quatre éléments aient été mis aux arrêts, il y a toujours de l’inquiétude, puisque certains de leurs ‘’collègues’’ ont pris la fuite à cause de l’activiste Naim Touré. « Naim Touré a foiré notre enquête sur le réseau de ces bandits. Car il a publié sur les réseaux sociaux annonçant la mort d’un des voleurs dans sa cellule au sein du commissariat. Ce qui a fait fuir le reste de la bande », a laissé entendre Sayidou Galbane. La vraie préoccupation de tous les journalistes qui étaient présents à cette conférence, est qui a donné l’info à Naim Touré et comment ?

En rappel, dans la nuit du 22 janvier 2019, aux environs de 20H, des individus armés de Kalachnikov et de pistolet ont perpétré un vol dans une boutique orange money sise à Kamboinssin tirant sur l’épaule droite du gérant (Hamidou Ouédraogo) et saisissent une somme d’argent de plus 20 millions de francs CFA. C’est suite à cet acte que la police judiciaire a ouvert une enquête pour connaitre les coupables.

« Ils m’ont tiré dessus et ils ont arraché mon sac que j’avais accroché au cou », informe Hamidou Ouédraogo. Mais connaissez-vous celui qui vous a tiré dessus parmi ces quatre ? « Oui, je le reconnais……)

Jean Conombo

Burkina Demain

About the Author

Leave A Response