Foire Consommons Burkinabè : C’est parti pour la 2e édition

Posted on by Grégoire Philippe Bazié

C’est parti pour la 2e édition de la foire «Consommons burkinabè » baptisée Burkin’daaga initiée par l’association Burkina wa mèdo. La cérémonie officielle d’ouverture de la foire pratronnée par le ministre du commerce Harouna Kaboré, est intervenue  ce 23 avril 2019 à Ouagadougou. Le but de cette foire, explique Ibrahim Ouédraogo, c’est de mettre en exergue les potentialités du pays à travers la promotion des produits made in Burina.

Les officiels dont le ministre Harouna Kaboré, à l’ouverture de la foire

C’est en présence du représentant de l’ambassadeur de la république de Chine populaire, Sou Fei ainsi que certains opérateurs économiques, que le ministre du Commerce Harouna Kaboré, patron de la cérémonie, a déclaré ouverte la 2e édition de la foire du « consommons burkinabè », ce 23 avril 2019 à Ouagadougou.

«Enjeux et démarches pour un management efficient de la qualité de notre production locale». C’est le thème de cette 2e édition de la foire dont l’ouverture a mobilisé du monde.  Pour le représentant de l’ambassadeur de chine au Burkina, Sou Fei, cette foire est d’une grande importance dans la mesure où les Burkinabè veulent présenter des produits fabriqués par eux-mêmes. C’est une initiative qu’il qualifie de « valeur réelle » du pays. C’est un grand pas des fils et filles du Burkina Faso autour d’un idéal commun. Le Burkina Faso regorge beaucoup de ressources naturelles pouvant, si l’on les met en valeur, contribuer à dynamiser l’économie nationale.

L’optimisme n’exclut pas les problèmes

Pour ce faire, la foire du consommons local, dira Ibrahim Ouédraogo dit Akim, président de l’association Burkina wa mèdo, est un concept original qui veut l’économie locale, célébrer la créativité ainsi que la contribution des innovateurs au développement de la société. Donc, « Nous nous employons en direction des entrepreneurs, des créateurs, de la jeunesse, pour présenter nos différents producteurs dans leur capacité d’entreprendre et d’innover », ajoute Ibrahim Ouédraogo. Toutefois, cet optimisme n’exclut pas les problèmes spécifiques dans la problématique de la consommation des produits made in Burkina. L’on s’efforce seulement de dégager les moyens nécessaires pour relever les défis liés aux facteurs de la production et de marché des produits locaux. A écouter le ministre du commerce Harouna Kaboré, il est très important de donner les moyens pour acheter local.

Dans le programme de cette foire, sont prévus une exposition/vente, une Gastronomie, un panel/débat, des formations et un Gala du mérite. Avec tout ça, il était nécessaire pour le président de wa mèdo d’appeler cette foire «un sursaut patriotique ». Elle continue jusqu’au 1er mai prochain à la maison du peuple de Ouagadougou.

Nicolas Bazié

Burkina Demain

About the Author

Leave A Response