Christophe Dabiré : «Malgré tout, le Burkina reste débout et son peuple déterminé»

Posted on by Grégoire Philippe Bazié

Comme annoncé, le Premier ministre Christophe Dabiré a fait  ce jeudi à l’Assemblée nationale, son discours sur la situation de la Nation. Son exposé a été suivi des questions des députés, puis des réponses. Dans son discours comme dans ses réponses aux préoccupations des parlementaires, le chef du gouvernement a abordé dans son autopsie de la situation nationale, plusieurs secteurs de la vie socioéconomique du pays : sécurité, culture et tourisme, énergie et infrastructures, environnement, transport, etc.

Le Premier ministre Christophe Dabiré face à la représentation nationale ce jeudi 16 mai 2019

C’est fait. Le Premier ministre Christophe Dabiré a livré ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la Nation. Exposé, questions des députés, réponses aux questions. Ce sont les trois grands moments de l’évènement républicain qui s’est déroulé entre de 10 h à 17 h. Et si l’on devrait retenir d’emblée quelque chose d’essentiel de ce grand oral du chef du gouvernement ; c’est que  malgré les difficultés,  le Burkina Faso reste debout et le peuple déterminé à poursuivre sa marche radieuse sur les chantiers du développement».

Ainsi, en fixant les yeux sur sa déclaration ainsi que les députés, Christophe Dabiré a fait le bilan des acquis du gouvernement, dans plusieurs secteurs d’activités. Selon lui, 6,6% de taux de croissance économique du Burkina a été enregistré en 2018. Par conséquent, l’état de santé de l’économie de notre pays dans l’espace UEMOA est appréciable. Parlant du secteur de la justice, le Premier ministre a laissé entendre que le gouvernement reste engagé dans le combat pour la justice pour tous. Pour ce qui est du domaine de la liberté de la presse, il a tenu à rappeler que le Burkina Faso a été classé à une meilleure place comparativement aux années antérieures. Ce qui démontre le respect de son gouvernement pour la pluralité d’opinion et de presse.

A cet effet, plus de 600 millions de francs CFA seront réunis pour appuyer la presse burkinabè. Aussi, le secteur de l’emploi n’est pas passé inaperçu. Pour Christophe Dabiré, l’inscription électronique aux concours, l’assainissement de l’administration publique, la création de nouveaux emplois, ont permis de donner la chance à tous pour l’emploi. En ajout, l’eau et l’assainissement, le logement, la santé, sont mentionnés dans son discours. Donc, par extrapolation, Dabiré pense qu’il y a une progression positive dans les différents secteurs énumérés. Sur ce, l’engagement de son gouvernement est en continuité.

«L’espoir est permis et l’espoir fait vivre»

Christophe Marie Joseph Dabiré, a reconnu dans son discours, que malgré la situation sécuritaire difficile, le Burkina Faso est debout et avance mieux, même si l’on sent des tentatives de déstabilisation. Il invite donc chaque Burkinabè à la vigilance et au travail pour vaincre l’adversité, car à 100 ans d’existence de la patrie, le peuple burkinabè a toujours fait preuve de courage et d’unité dans la sueur et le sang. A l’écouter, les acquis de la mise en œuvre du PNDES auraient été certainement meilleurs si le contexte sécuritaire et l’agitation sur le front social n’avaient pas obérer les résultats. Néanmoins, les résultats, dit-il, ont été atteints grâce à l’engagement d’un peuple déterminé à se battre contre l’adversité et à fédérer toutes ses énergies autour d’une vision, celle de bâtir un Burkina de progrès et de justice. Il soutient alors que « l’espoir est permis et l’espoir fait vivre ».

Lorsque la parole est donnée aux différents groupes parlementaires, c’est toute une pluie de questions qui s’abat sur le Premier ministre. Mais le Premier ministre Dabiré n’a pas eu recours à la langue de Molière pour éclairer les lanternes de tous. Dans la généralité, il a une fois de plus rassuré les uns et les autres de la détermination de son gouvernement à travailler à répondre aux préoccupations des populations.

Pour le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, le dialogue entre le Parlement et le Gouvernement est permanent. Et que l’exercice que venait d’accomplir Christophe Dabiré s’inscrit dans une continuité, étant entendu que les parlementaires ont toujours la possibilité d’interpeller l’exécutif par des questions écrites orales sur leurs préoccupations.

Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé

«Au terme de mon exposé sur l’état de la Nation, je repars réconforté par les questions et contributions très enrichissantes de nos honorables députés. J’ai aussi été particulièrement séduit par l’ambiance qui règne dans ce temple de notre démocratie et je voudrais remercier le Président de l’Assemblée nationale et l’ensemble des députés. Le gouvernement reste disposé à toujours apporter tous les éclairages nécessaires chaque fois que de besoin, afin de permettre à ces élus de la Nation de rendre compte de l’action gouvernementale aux populations», indiquera plus tard le  Premier ministre Dabiré sur sa page Facebook.

Nicolas Bazié

Burkina Demain

About the Author

Leave A Response