Enseignement supérieur : L’UO enfin baptisée Joseph Ki-Zerbo

Spot SERRO
Posted on by B-Demain

C’est certainement l’une des décisions majeures du dernier du conseil des ministres du gouvernement de Transition tenu ce mercredi 23 décembre 2015. Il s’agit de la décision de changement de dénomination de l’université de Ouagadougou qui devrait désormais s’appeler Université Ouaga I Joseph Ki-Zerbo.

Alors que le débat sur les chances d’aboutir du mandat d’arrêt international lancé contre l’ancien président Blaise Compaoré bat son plein, voilà que le gouvernement de transition vient de prendre une autre décision aussi populaire mais moins polémique. Il s’agit du changement de la dénomination de l’université de Ouagadougou qui s’appelle désormais, Université Ouaga I Joseph Ki-Zerbo.
En effet, la question du baptême de l’université de Ouagadougou du nom du célèbre historien s’est souvent invitée dans les débats. Mais, compte de l’opposition farouche de l’intéressé à l’ancien régime, celui-ci n’avait jamais osé, à ce qu’on disait, franchir le pas. Et les partisans du Professeur avaient fini de son vivant par se faire à l’idée selon laquelle «Nul n’est prophète chez soi».
Et quand le 4 décembre 2006, Joseph Ki-zerbo passa l’arme à gauche à l’âge de 84 ans, la question a encore refait surface sans être concrétisée.

Joseph Ki-Zerbo, premier agrégé d'histoire

Joseph Ki-Zerbo, premier agrégé d’histoire


Aujourd’hui, c’est le gouvernement de Transition soucieux de répondre aux aspirations populaires qui vient de baptiser l’UO Université Ouaga I Joseph Ki-zerbo. A l’image de l’Université Cheick Anta Diop à Dakar, du nom de cet autre grand historien de l’Afrique.
La présente décision du gouvernement intervient quelques jours après le décès de l’épouse de l’émérite professeur d’histoire, Jacqueline Ki-Zerbo.
Pour rappel, Joseph Ki-Zerbo est le premier professeur agrégé en Histoire de l’Afrique occidentale française. Après avoir passé son baccalauréat à Bamako, il suit des études d’histoire à Paris. Il soutient sa thèse de doctorat à l’Institut d’études politiques de l’université de Paris. Joseph Ki-Zerbo devient professeur des universités. Il est l’un des plus grands penseurs de l’Afrique contemporaine. Il enseigne à Orléans, à Paris puis à Dakar en 1957. Joseph Ki-Zerbo va renouveler avec le Sénégalais Cheikh Anta Diop les études sur l’histoire de l’Afrique.

Martin Philippe
Burkinademain.com

Leave A Response

*