Mendicité à Ouaga : Simon Compaoré obligé de lâcher ‘’10 barres’’

Posted on by B-Demain
|
Categorized as
2328
Tagged as

A Ouagadougou, la mendicité, qui a pris de l’ampleur ces dernières années, ne se rencontre plus là où on le croit souvent (feux tricolores, mosquées). Le ministre d’Etat burkinabè chargé de la sécurité peut en témoigner. En effet, Simon Compaoré en descendant ce mardi matin de l’ascenseur d’un grand immeuble de la capitale tombe sur un mendiant d’un autre genre.

Sur ce coup, Simon Compaoré a été visiblement pris au dépourvu

On dirait que l’homme attendait Simon Compaoré au pied de l’ascenseur. Dès que Simon en est sorti, il s’est présenté à lui, l’air malheureux comme savent le faire les mendiants professionnels, une ordonnance en main. Pris ainsi à l’improviste, le ministre de la sécurité est surpris et tente de ne pas céder à la supplication de son vis-à-vis. Il réussit même à éviter l’encombrant visiteur de l’immeuble et à franchir la porte de sortie, le laissant derrière lui. Mais, il est obligé de marquer le pas. Après une petite hésitation, il s’arrête et plonge sa main dans la poche et en sort son portefeuille. Du portefeuille il retire un billet de 10 000 F CFA, ‘’10 barres’’ comme diraient nos amis ivoiriens, et le remet au mendiant en question.

«Il lui manque toujours quelque chose»

C’est après le départ de Simon Compaoré que nous avons approché l’intéressé qui apparemment a fleurté avec les politiques et compteraient toujours sur eux pour résoudre ses problèmes sociaux. Et de nous confier qu’il connaît Simon Compaoré depuis qu’il était maire de la capitale. Et que dans sa situation actuelle, il ne pouvait pas le laisser repartir comme cela sans lui exposer ses problèmes.

Nous présentant son ordonnance, il nous indique qu’il manque encore quelque chose pour honorer toute l’ordonnance dont le prix total s’élèverait à 11 000 F CFA.

Il a besoin de 1 million 400 mille pour son opération

A en croire notre interlocuteur, les médicaments qu’il va payer avec l’ordonnance ne sont que des calmants. Il souffrirait d’un mal qui nécessite une opération chirurgicale dont le coût est estimé à 1 million 400 mille francs CFA.

Et pour réunir les fonds nécessaires à cette opération, il aurait ainsi quitté sa localité située dans la partie septentrionale du pays pour se retrouver dans la capitale. A l’écouter, il est visiblement en train de faire la chasse de ses connaissances haut placés. Et de nous confier que cela fait plus de deux jours qu’il cherche en vain de rencontrer un parent, baron du parti au pouvoir.

Et quand nous lui avons proposé notre aide pour exposer son problème à l’opinion, peut-être qu’il y aurait des âmes sensibles à son cas, notre proposition ne l’a pas du tout enchanté. Il nous explique que sa famille est contre ce genre de procédé.  Sur ce, nous lui avons souhaité bonne chance dans sa mendicité à Armandville.

Le Pèlerin du Burkina

Burkina Demain

Leave A Response

*