Un cadre inter- partis pour promouvoir le dialogue politique

Posted on by Grégoire Philippe Bazié

Les 20 et 21 octobre 2018, lors d’un séminaire tenu à Koudougou, il avait été convenu, par l’entremise de la délégation des partis politiques représentés à l’Assemblée nationale, après un voyage d’étude à Copenhague, de la création d’un espace de concertation et de dialogue qu’ils ont nommé Cadre de dialogue inter- partis au Burkina Faso (CDIP/BF) regroupant 14 partis politiques dont le CDP, l’UPC, l’ADF/RDA, MPP, l’UNIR/PS, etc. L’objectif de ce cadre, c’est d’accompagner les partis politiques vers une réconciliation nationale. Ce vendredi 14 mars 2019 à Ouagadougou, à l’occasion d’une conférence de presse, les membres dudit cadre ont procédé au lancement officiel des activités du programme.

Les conférenciers du jour face à la presse

Le lancement des activités du programme «Dialogue inter- partis au Burkina Faso » a eu lieu ce vendredi matin au siège du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), à Ouagadougou.

Pour Me Gilbert Noel Ouédraogo, président de l’ADF/RDA et président du conseil d’administration du CDIP/BF, le CDIP/PBF est le dernier espace de concertation qui a vu le jour, que ce soit sur l’échiquier politique national ou sur le champ de la multitude des OSC qui travaillent au renforcement de la démocratie.

Des responsables du Cadre à l’issue de la conférence de presse

Dans cette dynamique, il soutiendra que l’ambition que s’est fixée la structure, est sans aucun doute, la contribution à la promotion du dialogue et de la démocratie multipartite au Burkina en vue de consolider l’unité et la cohésion nationale.

De façon spécifique, le CDIP/BF s’engage à soutenir les actions tendant à l’amélioration du cadre global de la démocratie, à servir de médiateur dans la gestion des conflits entre les partis politiques, à contribuer à la transparence des processus électoraux, etc.

Le CDIP/BF regroupe, faut-il le souligner, à la fois, des partis politiques de l’opposition et de la mouvance présidentielle. Mais la question de savoir s’il ira au-delà des élections de 2020, Djejouma Sanon, du MPP par ailleurs président du secrétariat exécutif du CDIP/BF, répondra par l’affirmative et ajoutera que l’histoire récente du Burkina recommande aux uns et aux autres, de réfléchir d’avance pour pouvoir construire dans la contradiction des débats politiques mais dans le souci de la construction même de la nation.

Nicolas Bazié

Burkina Demain

Leave A Response